VEDIA

Viol dans un camp de réfugiés à Jalhay

Vedia - Illustration
 25 septembre 2020 13:55  |   Jalhay


Un Albanais de 24 ans risque 5 ans de prison devant le tribunal correctionnel de Verviers où il est accusé du viol d’une jeune  Salvadorienne de 15 ans. Les faits se déroulent la nuit du 1er janvier 2020 dans le camp de réfugiés Fedasil de Jalhay. Quatre Albanais passent le réveillon dans un mobil home du camp en compagnie de deux jeunes réfugiées salvadoriennes, dont l’une n’a que 15 ans.  C’est cette dernière qu’un des Albanais va entraîner de force dans un autre mobil home. « Il a commencé par fermer la porte à clef, m’a attaché les mains puis arraché mes vêtements, et m’ a violée. Puis il m’a menacée de me tuer si j’en parlais » raconte la victime, choquée et visiblement traumatisée, qui a pu s’échapper quelques heures plus tard.

De son côté, le prévenu, qui comparaît détenu, nie toute violence et rapport de force. Il prétend qu’il l’a caressée, que la fille lui a dit qu’elle était vierge et qu’elle voulait bien essayer. Mais il s’est arrêté de lui-même lorsqu’il a constaté qu’elle avait mal. Pourtant, on a relevé des traces de sperme.

Pour le ministère public, il s’agit ni plus ni moins d’un viol crapuleux de la part d’un individu dangereux qui considère les femmes comme des chiennes. Il réclame cinq ans de prison et une mise à disposition du tribunal d’application des peines (TAP).

La défense de son côté plaide l’acquittement au bénéfice du doute. Jugement dans quinze jours. (L.B.)










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte