VEDIA

Accueil à Sol'Cress : ne pas confondre réfugiés et demandeurs d'asile !

Photo Belga
 03 decembre 2020 10:06  |   Spa


L’agence fédérale Fedasil a toujours le projet d’ouvrir un centre pour demandeurs d’asile dans l’hôtel Corsendonk à Sol’Cress mais la Ville de Spa n’est pas très réceptive à l’idée. Dès le mois de juillet, le Collège communal avait émis un avis défavorable sur cette arrivée.

« Le nombre annoncé (550 demandeurs d’asile) pose question pour diverses raisons, explique Sophie Delettre, la Bourgmestre de Spa qui, pour l’heure, se refuse à tout autre commentaire que le communiqué qui nous a été envoyé. La crise sanitaire en cours (COVID-19), les bâtiments pas en ordre au niveau de la prévention incendie, des conditions d’hébergement jugées peu conformes à la dignité humaine, la présence de réfugiés dans les deux autres communes de la zone de police, l’accompagnement d’un aussi élevé de personnes par les écoles, les médecins, les plateformes citoyennes, etc. ».

L’État fédéral, via l’agence FEDASIL, est compétent pour imposer ses décisions aux communes. Il ne revient pas à la Ville de Spa d’accepter, ou non, cette décision. La Bourgmestre de Spa regrette qu’il n’y ait eu aucune possibilité de négociation.

Le Collège a désigné un avocat qui a examiné toutes les possibilités légales de faire entendre la position de la Ville de Spa. La marge de manœuvre de la Ville s’avère cependant assez mince. La Bourgmestre va tout de même prendre un arrêté limitant le nombre de « réfugiés » (sic) dans le centre Sol Cress, pour motifs de sécurité et de salubrité publiques (entre autres la pandémie en cours).

Réfugiés et demandeurs d’asile : quelles différences ?

Dans ce dossier, Fedasil parle bien de l’ouverture d’un centre pour demandeurs d’asile et non de réfugiés comme l’indique pourtant erronément la Ville de Spa dans son communiqué. Il n’est pas inutile de rappeler l’importance d’utiliser le bon vocable en la matière. Au risque de créer la confusion au sein de la population.

Comme Amnesty International le précise, les termes « réfugié », « demandeur d’asile » et « migrant » servent à décrire des personnes en mouvement, qui ont quitté leur pays et traversé des frontières.

A Spa, il s’agit d’accueillir des demandeurs d’asile c’est-à-dire des personnes qui ont quitté leur pays et qui demandent à être protégées de persécutions et de graves atteintes aux droits humains commises dans un autre pays. Ces personnes n’ont pas encore été reconnues légalement comme des réfugiés et attendent qu’il soit statué sur leur demande d’asile. Le droit d’asile est un droit humain, au titre duquel tout le monde devrait être autorisé à entrer dans un autre pays pour y demander l’asile.

Les réfugiés sont des personnes qui ont fui leur pays car elles risquaient d’y être victimes de graves atteintes à leurs droits humains et de persécutions. Leur vie et leur sécurité sont donc menacées, à tel point qu’ils ont le sentiment de n’avoir d’autre choix que de quitter leur pays et de chercher un endroit où ils ne seraient plus en danger car leur propre État ne peut pas ou ne veut pas les protéger. Les réfugiés ont droit à une protection internationale.

Enfin, un migrant est une personne qui vit hors de son pays d’origine mais n’est ni un demandeur d’asile ni un réfugié !

Certains migrants quittent leur pays pour travailler, faire des études ou rejoindre des membres de leur famille, par exemple. D’autres y sont incités par la pauvreté, les troubles politiques, la violence de bandes criminelles, les catastrophes naturelles ou d’autres problèmes graves. (Manu Yvens)










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte