VEDIA

VOLLEY, Ligue A, Samuel Fafchamps, le Welkenraedtois au sommet du volley belge

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 15 decembre 2020 08:48  |   Welkenraedt


À 19 ans, Samuel Fafchamps poursuit son ascension au sein du volleyball belge. Tant avec son club qu’avec son équipe nationale, il gravit les échelons et ne manque pas d’ambitions pour la suite.

Depuis deux saisons, Samuel Fafchamps s’est érigé comme un titulaire au sein de l’équipe première du VBC Waremme. Seul pensionnaire wallon en Ligue A, le club peut compter sur le Welkenraedtois qui évolue au poste de central. Malgré un début de saison en demi-teinte, les ambitions sont claires pour les Wawas : laisser un maximum d’équipes derrière eux. "On voit de très bonnes choses, qu’on peut accrocher de très bonnes équipes. On va chercher des sets, puis il y a des moments où c’est plus compliqué de rester soudés", pointe le jeune central.

Formé au VBC Saint-Jo Welkenraedt, le central de 19 ans n’a cessé de gravir les échelons année après année. Cette saison, il peut même se targuer d’être actuellement le meilleur serveur de la série. Mais au plus haut niveau, pas question de se reposer sur ses lauriers. "C’est sûr que côtoyer des joueurs qui connaissent le haut niveau comme Roman Abinet (NDLR: le capitaine), ça permet de hausser son niveau", poursuit-il.

 

Après une saison bien remplie en Ligue A, Sam et ses coéquipiers de l’équipe nationale mettront le cap sur le prochain Mondial. Une première, pour Sam, qui clôturera alors son parcours bien fourni en équipes d’âge. À condition qu’il soit repris, comme c’est le cas systématiquement depuis 4 ans. "Je me réjouis déjà d’y être, à condition que je sois repris, évidemment. C’est beaucoup de fierté d’être dans cette sélection jeune. On a montré qu’on forme une génération forte qui peut faire de bons résultats."

 

L’ambition reste donc bien présente dans le chef du jeune Wawa. Lui qui pourrait encore passer un cap dans les saisons à venir. C’est en tout cas l’avis du directeur technique de Waremme, Pierre Honnay. "Ses limites, il se les fixera lui-même. Il a typiquement le profil pour rejoindre, un jour Maaseik... Mais j’espère que les dirigeants ne m’écoutent pas trop pour qu’ils ne viennent pas trop vite le chercher."








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte