VEDIA

Usine Despa à Theux: 300 ouvriers hier, un patrimoine à préserver aujourd'hui

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 26 octobre 2018 15:44  |   Theux

L’ASBL Patrimoine industriel Wallonie-Bruxelles lance un cri d’alarme : l’ancienne usine Despa, dernier témoin de l’activité lainière à Theux, est menacée. En cause? deux projet d’immeubles à appartements de part et d’autre du site et une cheminée instable. Pourtant, malgré certaines parties très dégradées, elle recèle encore de petites merveilles, selon les experts et comme vous pouvez le découvrir sur ces images.

Les laines d’Australie et d’Argentine lavées à Theux

Dans cette entreprise, voilà 100 ans, les laines arrivaient d’Australie, du Cap ou d’Argentine pour être lavées. 300 ouvriers travaillaient alors aux usines Constant Despa. Les lavoirs à vapeur tournaient à plein régime et profitaient de la qualité des eaux de la Hoëgne.

"Comme le château de Franchimont, l’usine fait partie du patrimoine theutois"

"C’est un des derniers vestiges de cette activité passée donc pour Theux, c’est son patrimoine, c’est son identité et il paraît indispensable à l’ASBL Patrimoine industriel Wallonie-Bruxelles que la commune se pose la question: "Quelle place à l’histoire industrielle dans l’identité de la ville?", indique Pierre-Louis François, Theutois membre de l’ASBL Patrimoine industriel Wallonie-Bruxelles. Au même titre que le château de Franchimont est reconnu comme patrimoine de Theux, le centre ancien protégé aussi... On reconnaît que le passé fait partie de l’identité de Theux. Pourquoi pas le patrimoine industriel également".

L’ancienne usine Despa fait partie des sites en danger répertoriés par l’association. La partie supérieure de la cheminée présente un dévers. Raison pour laquelle une étude de stabilité a été exigée par la commune. Un permis pour un immeuble de 9 appartements a été accordé à l’entrée du site mais dissimulerait en partie la façade. Une autre demande est en cours pour 17 appartements à l’autre extrémité du site, où le bâtiment avait été ravagé par les flammes.

Conserver la cour intérieure et le bas de la tour

"Pour moi, c’est important de se dire, ok, dans telle zone, on pourrait implanter du logement, il n’y a pas de problème, du parking, il n’y a pas de problème. Mais d’autres espaces méritent d’avoir une réflexion", signale Pierre-Louis François. Par exemple, la cour d’accès. Cela nous paraît indispensable de pouvoir conserver la lisibilité des différents bâtiments qui nous entourent. Le porche d’entrée débouche sur une cour intérieure qui pourrait être mise en valeur et accueillir toute une série d’activités économiques et culturelles".

Cette cour intérieure pourrait servir de liaison entre la gare et le centre-ville via la place Taskin. Le bief pourrait lui aussi être mis en valeur et produire de l’électricité. L’ASBL Patrimoine industriel recommande encore de conserver les bassins de décantation ou la partie basse de la tour, sans sa rehausse. Mais surtout elle demande à la Ville de Theux une réflexion globale sur le site. Les services de l’urbanisme et le collège communal theutois vont étudier ces recommandations. Par le passé, la commune avait déjà réuni les différents propriétaires du lieu.

"Il y a déjà eu ici un projet commun initié par la commune mais qui n’a jamais abouti. Ce projet, c’était de raser tout et de partir sur des constructions modernes, se souvient Eric Coibion", un des propriétaires de l’ancienne usine Despa.

Eloy intéressé par le site

Au total, ils seraient 8 à se partager le site. La société Eloy de Sprimont est intéressée par ce lieu, idéalement situé, pour y implanter du logement. Si elle arrive à mettre tous les propriétaires d’accord. Elle vient de démarrer un premier tour de table...








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte