VEDIA

Verviers : des élèves de l'Académie Beaux-Arts créent un manège plus vrai que nature

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 17 fevrier 2021 12:43  |   Verviers


Il va peut-être vous replonger en enfance et vous rappeler des souvenirs de fête foraine. Ce « Galopant » est le fruit du travail des élèves de la section ébénisterie de l’Académie des Beaux-Arts de Verviers. Une oeuvre collective qui a permis à chacun de démontrer ses talents. "Outre le travail du bois, il y a de la mercerie, de la maroquinerie, de la peinture, de la mécanique, de l’électricité et il y a même de la découpe de miroirs. Sans oublier la recherche en brocante. Il s’agit d’un travail en commun donc le but était que cela intéresse un maximum d’élèves", explique Jean Wayaffe, élève à l’Académie et à l’origine du projet.

Fièrté

Entamé il y a plus d’un an, le projet a fédéré l’ensemble des élèves, épaulés par un chef d’orchestre, pas peu fier de ses musiciens. "Je suis heureux et pleinement satisfait de leur investissement et de leur travail. Je suis admiratif devant leur passion et l’énergie qu’ils ont mis pour réaliser ce projet", s’enthousiasme Alain Lodomez, professeur en ébénisterie à l’académie. "Notre atelier touche à plusieurs domaines du travail du bois. Il y a l’ébénisterie bien-sûr mais aussi la sculpture, le tournage sur bois, la restauration et la fabrication de pièces plus contemporaines", ajoute-t-il. "En tant qu’artisan, j’essaye aussi de remettre des techniques anciennes à l’honneur."

Quel avenir pour ce manège?

1 mètre 50 de diamètre et 1 mètre 20 de hauteur, le manège de l’Académie des Beaux-Arts sera bientôt achevé. Mais une question reste encore en suspens. Les Verviétois auront-ils l’opportunité d’admirer ce travail d’orfèvre? "Pour nous, le principal c’est d’avoir la satisfaction d’avoir mené ce travail ensemble. Où notre manège sera-t-il visible, c’est un peu secondaire. S’il va dans un endroit visité par du public, tant mieux. Mais s’il n’y va pas, tant pis", raconte Jean Wayaffe.

Plus 40 élèves ébénistes ont relevé ce challenge. Leur carrousel fera sans doute briller les regards de ceux qui sont restés de grand enfants. (M.L.)

▶︎ Connaissez-vous l’histoire du "Galopant"? Cliquez ici








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte