VEDIA

2 ans de prison dont 16 ferme pour le chauffard qui avait tué un motard à Surister

 25 janvier 2023 14:38  |   Jalhay


Le 7 août 2022 vers 11h, des policiers en patrouille dans le village de Surister voient passer une Audi qui roulait à une vitesse folle. Ils la prennent en chasse mais ne parviennent pas la rattraper. Ils observent cependant que le fuyard fait de fréquents écarts sur sa gauche, et c’est  précisément le cas au sommet d’une côte quand se produit un crash avec un motard venant en sens inverse, Fabien Billen, 36 ans.

Mais le chauffard, au lieu de se préoccuper de sa victime, prend la fuite à travers une prairie où sa voiture a échoué et se cache dans un bois où les policiers le débusqueront 45 minutes plus tard. Ils notent une forte odeur d’alcool et le refus du conducteur de se soumettre à un test sanguin.

Przemyslaw  Schmitz (33 ans), d’origine polonaise, était toujours détenu cinq mois plus tard, au moment de répondre du drame qu’il a causé devant le tribunal correctionnel, où il était poursuivi pour une kyrielle de préventions : homicide involontaire, délit de fuite, non assistance à personne en danger, conduite en état d’ivresse, fausse immatriculation du véhicule, refus du contrôle sanguin, plus une volée de préventions liées au roulage, dont la vitesse excessive estimée au moins à 95 km/h.

Face au tribunal, il avait expliqué qu’il n’avait rien bu ce jour là, mais bien la veille où il avait consommé de la sangria et du vin « avec modération » et que l’odeur d’alcool détectée par les policiers était due au fait qu’il avait renversé du vin sur lui la veille. Il expliquaut aussi sa vitesse excessive « parce qu’il était pressé. Je devais absolument chercher des cigarettes. Concernant son délit de fuite, au lieu de porter secours au motard, il a eu cette explication pour le moins édifiante : « J’étais en état de panique, je ne voulais pas fuir, mais simplement rentrer chez moi » !

Mme Troisfontaines, ministère public, avait parlé de randonnée macabre et de comportement asocial. Elle avait évoqué évidemment le casier judiciaire du prévenu, lourd de pas moins de 9 condamnations pour des affaires de roulage, notamment pour conduite sous influence et vitesse excessive. Elle réclamait un an de prison pour l’homicide, et un an pour ce qui est lié au roulage, plus une déchéance à vie.

La défense, assurée par Me Hoffait et Me Uerlings, avait plaidé qu’il n’avait pas voulu tuer quelqu’un, " mais il va devoir vivre toute sa vie avec ça ". Elle sollicitait une peine avec sursis probatoire.

Le tribunal le lui a accordé, mais pour une partie seulement de la peine prononcée, 1/3 des 2 ans de prison, soit 16 mois de prison ferme. Parmi les conditions, s’engager dans une activité de bénévolat auprès d’un centre spécialisé dans la prise en charge d’accidentés de la route. Il devra en outre payer 5.600 euros d’amende et 7.213 euros de frais de justice. En plus, il sera privé du droit de conduire pendant trois ans, le tribunal soulignant que malgré de multiples condamnations, il avait persisté à adopter des comportements dangereux sur les routes, au mépris le plus total des autres usagers. (Luc Brunclair)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte