VEDIA

Le Collège communal spadois ne débaptisera pas la galerie Léopold II

 17 juin 2020 19:13  |   Welkenraedt


Alors que la polémique autour de l’héritage colonial de notre société fait rage à travers le monde, quid de la galerie Léopold II qui orne le parc des 7 heures à Spa ? Début juin, le Collège communal annonçait réfléchir à un éventuel changement de patronyme pour cette construction de 1878. Finalement, il n’en sera rien. Le Collège spadois a annoncé hier que la galerie ne serait pas débaptisée. Une décision justifiée par la volonté de « ne pas s’instituer arbitre de deux camps » et sur laquelle le Collège n’a pas souhaité faire de commentaires. Au sein de la population spadoise, les avis recueillis sont plutôt favorables à la décision communale. Certains tiennent au patrimoine de la ville et notamment à cette galerie, construite par le deuxième roi des belges pour relancer la station thermale.

 

« Une colonisation offensive »

 

Pour Philippe Raxhon, historien et professeur à l’Université de Liège, même si une remise en contexte est nécessaire, la politique coloniale du « Roi bâtisseur » était assez particulière pour l’époque : « C’est quelqu’un qui est chef d’état du Congo et il cumule tous les pouvoirs. C’est une anomalie complète à la fin du 19e siècle, alors qu’il est souverain d’un état libéral où les pouvoirs sont séparés. Deuxièmement, c’est une colonisation offensive. C’est-à-dire qu’il veut à tout prix rentabiliser économiquement le Congo et donc cela implique de créer de lourdes infrastructures et de mobiliser de la main d’oeuvre locale de force s’il le faut. Bref, il y a une colonisation offensive avec des objectifs économiques à remplir. » SelonPhilippe Raxhon, l’histoire et la critique historique ne sont pas assez enseignées, le passé étant souvent omis au profit du moment présent.

 (FB)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte