VEDIA

Battice : dans la cour de l'école, des bancs colorés pour exprimer ses émotions

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 10 mars 2021 16:02  |   Herve


Il n’est pas toujours facile d’exprimer ses émotions par les mots. Les grands comme les petits n’y échappent pas. Un projet original vient d’être mis en place à l’Ecole communale de Battice. Dans la cour, plusieurs bancs colorés symbolisent une expression, comme le joie, la tristesse ou encore la colère. Les enfants peuvent donc exprimer leurs sentiments simplement en s’asseyant. 

Depuis quelques jours, les bancs de la cour de l’école communale de Battice ont pris des couleurs. Mais ils sont aussi et surtout devenus de véritables moyens d’expression. "Ces mots servent à exprimer nos émotions. Il y a des bancs amour, joie, sérénité, colère, peur ou tristesse. Si je suis en colère, je vais m’asseoir sur le banc ’colère’. Certains enfants ne savent pas exprimer leurs émotions. Pour plus facilement les exprimer, il suffit de s’asseoir sur un banc", explique Méline, élève de 6ème primaire.

Entraide et amitié

Très vite, les enfants ont adopté ces bancs qui symbolisent leurs émotions et leur état d’esprit du moment. "Je me suis déjà assis sur le banc ’colère’ car je m’étais fait insulter", explique Chahid, élève de 6ème primaire."Du coup, on est venu me trouver et grâce à cela, ça s’est arrangé facilement". Et Zéa, élève de 5ème primaire de rajouter "Si je vois quelqu’un élève assis sur le banc ’tristesse’, je vais directement lui parler pour le rendre moins triste"

Aussi en dehors de l’école

Moins de violence physique et verbale mais davantage de partage et d’acceptation de l’autre, le projet porte déjà ses fruits. Mieux, il dépasse les simples murs de l’école. "J’ai pu constater que certains enfants exprimaient des sentiments qui n’avaient pas de rapport directs avec leur vie à l’école. Pour nous, c’est important de savoir si un enfant se porte bien ou pas, même en dehors de l’école", précise Océane Brian, étudiant éducatrice et à l’origine du projet.

S’il y a des bancs que l’on préfère voir inoccupés, à l’école de Battice, c’est sans doute une cabane « joie » supplémentaire qu’il falloir construire. (M.L.)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte