VEDIA

Limbourg: le Kursaal à rénover et moderniser

 20 octobre 2021 16:58  |   Limbourg


À Limbourg, les inondations ont touché de plein fouet différents bâtiments publics. Le Kursaal en fait partie. D’ordinaire, cette salle accueille des représentations culturelles, mais vous allez le voir, elle est sens dessus dessous depuis que l’eau l’a touchée.

C’est la mine un peu triste que Philippe Petitjean nous accueille dans ce lieu de culture et de fête limbourgeois qu’est le Kursaal. L’eau est montée à plus d’un mètre dans la salle, noyant entièrement le plancher de la scène. "Je m’en occupe depuis des années, c’est désolant de voir la salle dans cet état avec de la moisissure partout... Le plancher est enlevé, tout ça ne donne pas le cœur à la fête comme c’était le cas ici auparavant", s’attriste le membre de l’asbl.

Après la pandémie, ces inondations viennent enfoncer le clou. Heureusement, ces acteurs culturels ont trouvé de quoi rebondir. "C’est une saison à laquelle on tenait vraiment. On voulait faire sourire les gens à nouveau et tout ça a pu être maintenu grâce à la salle des jeunes de Bilstain. Je crois que la population a besoin de cet élan culturel qui continue", soutient Philippe Petitjean.

La commune a déjà échangé quelques mots sur la rénovation de la salle. "On a déjà bien travaillé pour permettre à la salle de bien sécher. Bientôt, on va lancer le marché public pour essayer d’avoir une société qui rénoverait et moderniserait l’ensemble de la salle", détaille Jacques Soupart, l’échevin de la Culture.

Lorsque les travailleurs ont retiré le plancher, ça a été la surprise de voir la terre à nu. Le bâtiment date d’une époque à laquelle l’isolation n’était pas une des priorités. Cet événement malheureux sera donc l’occasion de rénover la salle. "On va un peu la moderniser au niveau du chauffage et de l’égouttage. Il faudra voir les finances et comment on va être indemnisé. On y verra plus clair quand on saura combien on pourra investir dedans", conclut l’échevin de la Culture.

En effet, comme pour les sinistrés, les assurances traînent à rembourser les pouvoirs publics également. Reste à voir quel budget sera investi pour la rénovation de ce vivier culturel limbourgeois. (P.J.)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte