VEDIA

Grégoire Munster, bon sang ne peut mentir...

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 20 decembre 2020 22:00  |   Verviers


Champion de Belgique junior des rallyes, les deux saisons précédentes; vice-champion de l’ADAC Open Rallye Cup allemande en 2018, avant d’également décrocher la 2e place de l’ADAM Cup européenne, l’année suivante, Grégoire Munster a encore terminé 2e cette année, au niveau européen, mais carrément en junior ERC. Le plus âgé des fils de Bernard Munster vient de vivre une saison pour le moins exceptionnelle, à bien des égards. Et cerise sur le gâteau, il vient de finir 3e au palmarès de l’espoir sportif belge de l’année. 

Trois ans à peine sont passés après le rallye van Haspengouw 2017, toute première expérience du jeune Munster dans le baquet de pilote que déjà il s’adjuge des récompenses. Sensé pouvoir effectuer une saison complète en championnat de Belgique, Grégoire a dû changer ses plans avec la crise sanitaire, et réaliser un championnat complet en ERC, le championnat d’Europe des rallyes. Et avec quelle réussite, puisqu’avec Louis Louka, l’équipage Hyundai est devenu vice-champion d’Europe junior, 3e du classement général en ERC. Pourtant, en plus de la réorganisation logistique du team, il a fallu revoir bien des éléments avec le covid, notamment le set-up de l’auto. "A la base, on devait participer au championnat de Belgique, qui est un champioonnat assez atypique, avec des routes glissantes, souvent boueuses, à cause de la météo", explique Grégoire. "On avait donc mis au point un set-up très particulier pour ce championnat-là, et puis quand on s’est retrouvé en ERC, avec des manches qui se déroulent notamment sur la terre, ou sur des asphaltes beaucoup plus "gripants", il a fallu s’adapter et adapter la voiture".  

Une saison qui s’est donc muée en découverte pour le tout jeune heusytois, seulement âgé de 21 ans. "Avec la présence de nombreux nouveaux pilotes, privés de leurs championnats nationaux respectifs, ça a été bénéfique pour notre pointe de vitesse. On devait vraiment pousser dans nos derniers retranchements pour jouer avec les meilleurs devant. Etre plus complets, avec des conditions très spéciales, notamment avec la météo, qui nous a valu pas mal de surprises". 

Le rallye de Hongrie, mon meilleur souvenir

7e à Rome et en Lettonie lors des deux premières manches, l’équipage Munster-Louka s’octroie une belle 4e place au Portugal, mais c’est au rallye suivant qu’il performe tout spécialement. "Au rallye de Hongrie, on a réussi à finir 2e, derrière Andreas Mikkelsen, un ancien pilote du WRC, qui a déjà gagné des rallyes en mondial. C’est vraiment le résultat que je vais retenir. A contrario, le rallye des Canaries restera aussi une fameuse expérience. Surpris par la météo, on est parti avec un très mauvais choix de pneus, et on a perdu le titre de champion junior sur ce rallye". 

Même si Hyundai vient de faire signer son rival suédois Oliver Solberg en WRC2. Manifestement certains noms sont encore plus ronflants que celui des Munster..., le Verviétois a tout de même tapé dans l’oeil du constructeur coréen. "On a fait preuve d’une bonne évolution durant l’année, réalisé quelques résultats intéressants. Cela a fait plaisir à Hyundai, mais on est aussi bien conscients qu’il y a beaucoup d’autres pilotes et que c’est compliqué de se démarquer. Cela dit, on va dans la bonne direction". 

Avec BMA, sur les traces de papa

Avec Grégoire, on peut sincèrement parler de fulgurance dans la progression, même si le garçon a été biberonné au rallye depuis sa tendre enfance, avec papa Bernard. Indéniable avantage par rapport aux garçons de son âge qui désirent percer dans le milieu. "Je suis très bien entouré, avec mon père qui possède sa propre structure. Ce qui nous permet de rouler à prix coûtant et de ne pas devoir aller louer une voiture chez un autre préparateur. Et grâce au soutien des partenaires et de Hyundai, j’ai l’opportunité de participer à de nombreux rallyes: c’est ce qui est primordial en rallye, le plus de kilomètres on fait, le plus on apprend". 

Malgré un rallye des Canaries compliqué et une spectaculaire sortie de route au rallye WRC de Monza, au début du mois, Grégoire Munster peut être très fier de cette saison très spéciale. Couronnée par cette nomination pour le gala du Sportif belge de l’année. "C’est un peu la bonne surprise de cette fin d’année. Cela fait extrêmement plaisi et c’est aussi très chouette pour notre discipline, qui n’a pas toujours bonne presse. C’est une très belle reconnaissance".  

Le Mondial en rêve...

Grégoire et Hyundai travaillent d’ores et déjà d’arrache-pied pour la saison 2021, même si celle-ci risque d’être encore bien perturbée, ne serait-ce que par le report déjà acté de l’Haspengouw et du Spa Rallye, mais, avec abnégation il compte bien poursuivre sa progression. En rêvant bien entendu d’intégrer un jour le championnat du monde WRC, comme Thierry Neuville. "Oui, c’est bien l’objectif, d’être soutenu par un constructeur et pourquoi pas le faire professionnellement, mais il y a tellement peu d’élus, c’est un cercle très restreint. On se donne toutefois les moyens d’y parvenir, en sachant qu’il y a encore beaucoup d’étapes à passer. Une évolution qui passe par une progression de la vitesse mais aussi de toute une foule de détails à améliorer". 

A priori, c’est au TAC Rallye que l’on devrait revoir l’équipage Munster-Louka à l’oeuvre en avril prochain, mais dans le contexte actuel tout reste bien entendu aléatoire. Ce qui est devenu aujourd’hui une évidence, c’est que ce garçon, à l’image de son père, fera un jour partie des gentlemen du rallye belge...peut-être même mondial. (Lionel Solheid)

 

 










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte