VEDIA

La société Delhez reçoit 270 chefs d'entreprises pour le 50e Made in

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 07 mai 2019 18:22  |   Dison

L’importance de se créer un réseau de contacts privés et professionnels, voilà sans aucun doute la clé de la réussite pour un entrepreneur. C’est ce qu’on appelle le Networking. Derrière cet anglicisme se cache un principe vieux comme le monde. En s’alliant à d’autres forcément, on multiplie ses chances de réussite. " On peut toujours espérer avoir mieux mais il faut surtout sortir de cette stigmatisation de l’entrepreuriat. Un entrepreneur qui réussit, c’est une fierté. Celui qui a subi un échec, c’est qu’il a pris un risque. Il apprendra de ses erreurs et il recommencera. Il faut plutôt se vanter du nombre d’entreprises qui se créent en Wallonie plutôt que de stigmatiser les entrepreneurs", explique Christophe Leclercq, Président CCILVN. 

Le sur-mesure de chez Delhez Tôlerie

Hier soir, 250 chefs d’entreprises de toute la province ont fêté la 50è édition  du concept « Made in ». Le principe, lancé il y a six ans, est tout simple : chaque mois, le temps d’une soirée, la Chambre de Commerce et d’Industrie  s’installe dans une entreprise. Cette fois, c’était l’entreprise Delhez Tôlerie, spécialisée dans l’usinage de la tôle, qui était à l’honneur. Une société, qui vient tout juste de s’agrandir, et qui assure son développement grâce au sur-mesure ! " Tous les jours, les commandes arrivent. Quand on débute la journée, on ne sait pas combien on en aura, ni quel type. Par contre, nous avons des clients réguliers qui commandent régulièrement. Plus de 50% des commandes sont passées chez nous sans remise de prix parce qu’un lien de confiance a été établi avec le client. Les grandes séries de produits standard, ce n’est plus pour l’Europe. Ca part en Chine ou dans d’autres pays", note Christophe Delhez, Administrateur Delhez SA.

Des défis à relever

Quand un chef d’entreprise rencontre un autre chef d’entreprise, de quoi parle-t-on entre autre ? De l’avenir… Tous sont bien conscients que seuls les entreprises et les dirigeants qui sauront l’anticiper conserveront leur leadership. Le challenge est de taille. "Le défi de l’entrepreunariat à l’avenir sera de continuer à investir et trouver les moyens pour continuer à développer son activité mais également de séduire un public jeune pour rejoindre les rangs des travailleurs de l’entreprise. La digitalisation et la numérisation sont d’autres défis à relever", explique encore Christophe Leclercq.

En six ans, plus de 6000 personnes ont fréquenté  les Made in. La recette n’a pas changé mais force est de reconnaître qu’elle a son succès.  Et il ne fait que s’accroître. (MY)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte