VEDIA

La Ferme d'en Face, nouvelle exploitation bio à taille humaine!

 08 septembre 2022 16:00  


Depuis le mois d’août, Aubel compte une nouvelle exploitation agricole et avec elle, un nouveau magasin à la ferme. On y vend des fromages de chèvre, de la viande bovine, des oeufs mais aussi du miel. A terme La Ferme d’en Face, c’est son nom, espère réunir sur son étal d’autres produits issus d’exploitations artisanales de la région. Pour l’heure le magasin ouvre le week-end avec la vente des fromages principalement.  

La Ferme d’en face, c’est une petite exploitation agricole située au coeur du pays de Herve dans les bocages aubelois qui tend à ressusciter le modèle agricole d’antan à savoir la ferme de type familiale à taille humaine.  Ce projet a été imaginé, il y a trois ans, par Philippe et Hélène qui ne sont pourtant ni l’un, ni l’autre, enfants d’agriculteurs. 

"En fait tous les deux, on a grandi à la campagne.  Nous explique Philippe Dufourni. On connaissait un peu le monde des animaux mais pas du tout le monde de l’agriculture. Il y a trois ans, on a un peu réfléchi. On en avait marre de notre ancien travail et on voulait revenir à la terre. On se rendait compte, ce que beaucoup de gens oublient, que la terre c’est la base et on voulait revenir à la base. On est jeune et on veut montrer que deux jeunes peuvent se lancer et revenir à l’essentiel, la terre".

"Moi, j’ai fait un mois de woofing. J’ai appris à travailler avec des chèvres et j’ai vraiment accoché, poursuit Hélène Bonten. En revenant en Belgique, j’ai cherché un terrain pour m’installer juste avec un troupeau de chèvres au départ et puis, l’idée de recréer une petite ferme comme nos grands-parents est venue, une ferme très simple, avec très peu d’animaux soit une petite structure avec un peu de tout, des chèvres pour le fromage, quelques vaches, deux cochons quelque chose d’assez complet quoi..."

Mais devenir agriculteur ne s’improvise pas et implique des obligations administratives, comptables et fiscales. Aussi Hélène et Philippe ont dû apprendre le métier et donc suivre une formation de deux ans.  Dès le départ, il était clair qu’ils voulaient rester maîtres de leur exploitation à tous les niveaux et donc viser l’autonomie à la fois sur le plan professionnel mais aussi économique et financier. 

"On essaye d’être complètement autonomes, nous précise encore Philippe. On produit notre propre fourrage. Pour le reste de l’alimentation, on essaie de se fournir localement. Tout le reste est fait chez nous sur place de l’élevage à la transformation." 

"Je pense, ajoute Hélène, qu’on arrivera à être rentables peut-être sur cinq ans avant cela sera difficile. On a démarré avec un projet très petit. On a commencé avec trois chèvres, deux vaches et puis ici, on attend que les animaux naissent chez nous pour ne pas devoir aller chercher des animaux ailleurs. De trois chèvres on est passé à 10 et puis 19, l’année prochaine on sera à 35 et là on s’arrête. On veut rester petit. Du coup, on aura un peu plus de lait, plus de production et on arrivera peut-être à devenir rentables mais en mélangeant tout. L’apiculture, on a du miel à vendre aussi. On a les fromages. Cinq fois par an, on va avoir des colis de viande et on verra."

En diversifiant leur production mais aussi leurs activités, le couple espère bien poursuivre la voie qu’il s’est tracée. Chaque jour apporte son lot de surprises bonnes ou moins bonnes. Travailler avec la nature demande de la patience et de l’engagement. Philippe et Hélène le savent, en font l’expérience tous les jours mais ils ne regrettent en rien leur choix qui correspond à leurs valeurs et donne un vrai sens à leur existence! (Abi)

La Ferme d’en Face ouvrira ses portes les samedi 16 et dimanche 17 septembre prochains!








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte