VEDIA

"About de bois" se reconstruit après les inondations

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 03 decembre 2021 13:58  |   Pepinster - Theux - Verviers


Depuis le 14 juillet dernier, à l’entreprise "About de bois" installée à Pepinster, il ne reste plus rien. Gaetan Levaux a tout perdu. Mais très vite, il a voulu rebondir. Quitte à repartir de zéro. Quelques mois plus tard, l’activité a déjà repris mais du côté de Lambermont, cette fois. 

"On ne sait toujours pas comment on a fait pour y arriver car c’était long. On a comme un trou noir dans notre vie pendant quelques mois. On a su sauver l’entreprise et on est reparti. "Tout ce qui était en dessous de 2 mètres a disparu. Pour le reste il a fallu tout dégager. D’un point de vue économique, il fallait que l’entreprise retourne vite et donc on a relancé la machine, en prenant beaucoup de risque mais ça a payé", explique Gaetan Leveaux.

Tout reconstruire du côté pépin aurait pu être envisagé, mais sans nouvelles rapides des experts, le gérant a vite laissé tomber l’idée. Il a d’abord pensé à louer avant d’acheter sur un coup de tête. Mais avec des interventions financières qui restent encore hypothétiques aujourd’hui, Gaetan Levaux et son équipe ont pris de très gros risques. "Heureusement que l’entreprise à des bases saines. Qu’elle a été gérée en bon père de famille. C’est ce qui nous a permis de nous relever et heureusement que nous avions de la liquidité en fonds propres. Sans cela, c’était impossible de se relever". Et l’avenir ne s’annonce d’ailleurs pas simple, non plus. " L’avenir reste compliqué. Les facteurs économiques actuels ne nous facilitent pas la tâche. Les hausses de prix des matériaux ne sont pas faciles à gérer non plus. Je ne vois pas l’avenir noir mais je pense qu’il nous faudra un an ou deux pour dormir sereinement. Mais nous avons du travail, nous avons assuré nos commandes. C’est que ça fonctionne".

Aujourd’hui, son souhait serait de ne pas partir en contre-expertise dans les mois qui viennent, pour ne pas perdre encore plus de temps. Mais il craint d’y être forcé. (Maryse Baguette)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte