VEDIA

La Chocolaterie Jacques, Emerson et Hexcel: les scénarii du Ministre Jeholet

 12 novembre 2018 13:23  |   Welkenraedt - Eupen

La fermeture de la chocolaterie Jacques à Eupen et les intentions de restructuration des entreprises Emerson et Hexcel à Welkenraedt ont fait l’objet d’un débat au Parlement de Wallonie la semaine dernière. Interrogé par les députées Jenny Baltus-Möres (MR-PFF) et Isabelle Stommen (cdH), le Ministre Pierre-Yves Jeholet a tenu, malgré la situation dramatique, à souligner l’existence de structures et d’outils qui peuvent accompagner les entreprises concernées.

Jacques : « Envisager les différentes pistes pour une reprise »

En ce qui concerne la Chocolaterie Jacques, c’est la piste de la reprise qui est privilégiée. « S’agissant d’une fermeture avec un licenciement collectif de l’ensemble du personnel, in convient ici d’envisager les différentes pistes possibles pour favoriser une reprise », répond le Ministre de l’Economie et de l’Emploi aux deux députées verviétoises. Le groupe Baronie, cherchant à continuer à exploiter la marque Jacques, doit toutefois être ouvert à un tel scénario. « Des contacts ont eu lieu mais les échanges intervenus à ce jour n’ont pas encore permis d’obtenir cette confirmation » affirme Pierre-Yves Jeholet. Après avoir mesuré l’ouverture du Groupe Baronie sur ce point, des actions pourront être entamées afin de sensibiliser un maximum de repreneurs potentiels notamment via l’activation du réseau international de l’AWEX.

Pierre-Yves Jeholet confirme également la tenue d’échanges entre les organisations syndicales et son cabinet. Le sort des employés de la chocolaterie est, en effet, essentiel. En cas de confirmation du plan de licenciement collectif, une cellule pour l’emploi pourrait être mise en place par l’ADG (l’agence pour l’emploi en Communauté germanophone). Un protocole d’accord entre l’ADG et le Forem existe également afin de maximiser l’efficacité de l’accompagnement précise Pierre-Yves Jeholet.

Emerson : Faire diminuer le nombre de licenciements

Pour Jenny Baltus-Möres, le constat concernant Emerson est différent : « Bien qu’il s’agisse d’un plan de licenciement collectif, un plan de reprise n’est malheureusement pas possible pour cette entreprise puisque cette dernière n’a pas l’intention de fermer ». Emerson a l’intention de se séparer de 72 de ses 330 travailleurs.

Après avoir eu des contacts avec Jean-Luc Nix, bourgmestre de Welkenraedt, qui a communiqué plus tôt cette semaine sur la situation de l’entreprise welkenraedtoise, Pierre-Yves Jeholet tient à rappeler qu’il faut aller au-delà de l’effet d’annonce. « La notification de l’intention de licenciement collectif concerne 72 travailleurs n’a pas encore été reçue. Il s’agit d’une annonce. Le nombre total de personnes concernées peut diminuer ».

Si Emerson confirme bel et bien son intention, les travailleurs pourront bénéficier d’une cellule de reconversion dédiée au Forem afin de faciliter et d’accélérer leur remise à l’emploi. « D’après les contacts que j’ai eu, le tout sera de savoir s’il y aura des départs volontaires et des régimes de chômage avec complément d’entreprise seront possibles ou non. Il s’agit d’un élément qu’il faudra vérifier dans les heures et les jours qui viennent » précise Pierre-Yves Jeholet.

Hexcel : Une cellule de reconversion en cas de confirmation de licenciements

« Concernant Hexcel, nous savons que la phase d’informations et de consultations de la procédure Renault est lancée. Il est difficile de demander des informations au Ministre Jeholet puisque les rencontres prévues dans ce cadre ne concernent que la direction de l’entreprise et les organisations syndicales » précise Jenny Baltus-Möres à la suite de sa question conjointe.

Pierre-Yves Jeholet confirme que des contacts ont lieu avec organisations syndicales et les employeurs. « Nous arrivons à avoir un contact pour autant qu’ils veulent bien nous donner des informations. C’est parfois plus difficile pour des petites structures » affirme-il toutefois. En cas de confirmation de licenciement, le Ministre de l’Economie et de l’Emploi insiste sur le fait qu’une cellule de reconversion devra être mise en place : « Si les licenciements se confirment, ce qui est encore à démontrer, Hexcel devra mettre en place une cellule pour l’emploi et proposer un reclassement professionnel aux travailleurs licenciés ».








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte