VEDIA

Brieuc Lemaire (Liège Basket) : "On préfère reprendre plus tard et que le club soit sain financièrement"

 13 decembre 2020 18:50  |   Verviers


La saison de basket est aussi chamboulée à cause du coronavirus. Les régionales et provinciales devraient lancer leur championnat mi-février, si tout va bien. En 1ère division, les championnats ont repris, sans Pepinster chez les dames, le club ayant décidé de ne pas jouer cette saison.

Chez les hommes, la 1ère division a elle aussi repris depuis quelques jours déjà. Une situation qui est particulièrement compliquée, encore plus quand on joue à Liège Basket, comme le Pepin Brieuc Lemaire, qui ronge son frein en attendant le retour sur le parquet, programmé le 5 janvier seulement pour les Liégeois. "En mars dernier, on a été stoppé net sans savoir de quoi était fait demain. Puis on a repris en août en nous disant que pour octobre ce sera difficile mais qu’on recommencerait en novembre. Et arrivé en novembre, on nous a dit pour finir : ce sera janvier. Donc là, on espère vraiment que ce sera la deadline", explique l’ailier des sangs et marines. "Mais je pense que nous devons nous montrer compréhensifs. On préfère jouer tous nos matchs et que le club soit sain financièrement plutôt que de pleurnicher pour quelques euros", ajoute-t-il.

L’ancien chouchou du public du Hall du Paire, qui évolue à présent au Country Hall, profite de cette pause prolongée pour passer du bon temps avec ses jumeaux, Luca et Mattéo. Contraint et forcé d’être éloigné des parquets et de la compétition depuis presque dix mois, l’ailier a dû garder une certaine forme de condition dans un contexte pas toujours évident. Brieuc et ses coéquipiers le savent : l’absence totale de rythme de match ne jouera pas en leur faveur lors des premières rencontres. "C’est sûr qu’au début, on sera un peu en manque de rythme", concède Brieuc Lemaire. "Mais ce ne sera pas trop long à rattraper car on va jouer énormément pendant le mois de janvier. On a pour l’instant six matchs de prévus et si on passe en Coupe de Belgique, ça fera huit matchs au total en un mois", précise-t-il.

En plus de cette situation déjà compliquée et surtout frustrante, Brieuc Lemaire doit aussi composer avec le spectre d’une éventuelle disparition de son club au plus haut niveau. Ce n’est un secret pour personne : les caisses de Liège Basket sont pratiquement vides...et le coronavirus n’arrange rien. L’avenir du club est assez flou. Ce qui est problématique pour la suite de la carrière de Brieuc Lemaire. Mais pour l’instant, ça ne le préoccupe pas trop. "Je n’ai pas encore cherché après un nouveau club", assure-t-il. "Je me suis engagé avec Liège pour deux ans supplémentaires et j’ai confiance en la direction. Dans ma tête, il ne faut pas que je pense à l’aspect financier. Même si, évidemment, ça joue car c’est ma vie qui en dépend. Mais je pense que ma carrière sportive est tout aussi importante."

Et l’actu basket pour le moment, c’est le rapprochement entre la Belgique et les Pays-Bas afin de former une BeNeLeague dès septembre 2021, à l’instar de ce qui se fait déjà en hockey sur glace ou en handball.

Dans les cartons depuis des années, cela devient désormais une réalité. Une décision, avant tout, économique. Face aux grandes ligues européennes, face aux autres sports plus installés médiatiquement, la fusion de ces championnats est vue comme une solution. Brieuc Lemaire a, lui, un avis assez mitigé d’un point de vue sportif : "la compétition est tellement compliquée que tu peux même être le dernier du deuxième groupe que tu seras quand même en play-offs de la BeNeLeague. Je ne vois pas encore vraiment l’intérêt de faire cela. Cependant, c’est chouette car depuis que j’ai commencé en Division 1, je croise tout le temps les mêmes têtes. Ici, je vais jouer contrer des autres équipes, dans d’autres atmosphères, devant d’autres publics. Ce sera une chouette expérience."

Avant cela, il y aura donc la courte saison 2020-2021, la onzième de Brieuc Lemaire au sein de l’élite du basket belge. L’ancien joueur de Pepinster, passé également par Louvain, Limbourg et Mons-Hainaut, sort d’une saison convaincante. Ses stats : 12 pts, 1,5 assists et 1,5 rebonds de moyenne par match. Il veut rééditer au moins pareille performance avec son équipe qu’il estime mieux armée que l’an dernier. "On sera beaucoup plus compétitif", confirme Brieuc. "Déjà parce qu’on s’est renforcé, notamment dans le secteur intérieur, avec l’arrivée d’un meneur de jeu étranger. Puis les jeunes qui ont déjà reçu leur chance la saison dernière ont pris de la bouteille et les nouveaux jeunes sont plus impliqués."

L’objectif des sangs et marines sera d’accrocher les play-offs. Premier rendez-vous : le 5 janvier prochain, en Coupe de Belgique, au forum d’Alost.
 

Renaud Collette 








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte