VEDIA

Egide Forthomme: "La pauvreté, c'est aussi la solitude"

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 19 decembre 2020 12:00  |   Arrondissement de Verviers


A l’approche des fêtes de fin d’année, la solidarité est impressionnante envers les plus démunis, les personnes réellement dans le besoin. Par de petits dons, des boîtes à chaussures transformées en cadeaux avec des denrées alimentaires, des petits mots doux, des vêtements chauds, etc. Des cadeaux bienvenus pour les personnes qui les recevront via les associations de terrain, Relais social, Restos du Cœur, centres d’accueil d’urgence, etc.

« La pauvreté, ce n’est pas qu’un problème d’argent, c’est également la solitude qui pèse, l’absence de contacts sociaux, encore plus en cette période de crise sanitaire », explique Egide Forthomme, directeur de l’ASBL Maison Marie-Louise, qui est notre invité ce samedi dans Complément d’Infos. Cette association verviétoise, créé voici 50 ans, a pour objet social de promouvoir toute aide qui rencontre les besoins des personnes en difficulté et plus particulièrement des hommes et des familles sans logement. Elle propose un ensemble de services pour apporter une réponse globale à la problématique vécue par les sans-abris.

Les services de la Maison Marie-Louise ont été développés suivant cinq axes :

Des logements de transit (séjour de courte durée) :

Une maison d’accueil pour hommes

Une maison d’accueil pour familles répartie en seize appartements.

Des logements d’insertion (séjour à durée plus longue) :

Des appartements-studios

Des maisons de vie communautaire

Tout cela encadré par un service d’accompagnement psycho-médicosocial, avec pour but de réinsérer les usagers dans la société. Un vrai travail de terrain inlassable pour sortir les personnes de la rue, de la pauvreté.

« Nous ne sommes bien sûr pas seul à Verviers, il y a un véritable tissu associatif social, avec notamment le Relais social qui chapeaute, et il n’y a pas de clivage entre les institutions publiques et les autres, tout le monde travaille pour le bien des personnes en difficulté », se réjouit Egide Forthomme.










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte