VEDIA

Verviers - Dison: brisons les tabous! Changeons les règles!

 17 novembre 2021 16:00  |   Arrondissement de Verviers


En Belgique, on estime à 350.000 le nombre de femmes vivant actuellement sous le seuil de pauvreté. Une précarité, on y pense peu, qui les empêche souvent d’avoir accès à des protections hygiéniques, trop chères. Pour les aider, une dizaine de partenaires sociaux de Verviers et Dison viennent de s’associer au projet bruxellois « BruZelle » dont l’objectif est de récolter des serviettes hygiéniques et de les redistribuer aux personnes concernées.

Audrey Degrange 

« BruZelle », c’est le nom d’une asbl créée en 2016 par deux amies soucieuses du bien être intime des femmes en situation précaire et/ou sans abri. Leur idée ? récolter des serviettes hygiéniques et les distribuer à ces femmes dont les règles ne s’arrêtent pas à la rue. L’objectif est surtout de leur permettre de retrouver une dignité par rapport à un droit naturel. Un projet solidaire dans lequel plusieurs associations actives à Verviers et à Dison ont aujourd’hui souhaité s’inscrire. « On rencontre beaucoup de femmes dans le besoin, explique Manon Boniver, Infirmière à la Maison médiale « La Bulle d’Air » à Dison. Et elles nous font part de ce besoin d’hygiène au niveau de leur menstruation. On a de la demande et on se rend compte que pour certaines, c’est vraiment une question de choix au supermarché entre se nourrir ou acheter des serviettes dans une quantité nécessaire pour pouvoir se changer pendant la journée. Certaines vont se limiter. »

Ce constat, le centre de planning familial de Verviers et le Centre Régional de Verviers pour l’Intégration l’observent également avec leur public. Le phénomène est sociétal, il est surtout tabou. « Ce dont on ne parle pas, on ne sais pas le gérer correctement, observe Inès Tamazarti, Coordinatrice au Centre Régional de Verviers pour l’Intégration. Après, c’est un problème oui parce que de base c’est super gênant et c’est un problème car dans certaines familles, c’est très tabou, le fait de menstruer, on n’en parle pas et on ne va pas aller de soi. »

De la puberté à la ménopause, chaque jour, de plus en plus de femmes sont touchées par la précarité menstruelle. Pour les aider, un appel au don de serviettes hygiéniques emballées individuellement est lancé. «Il suffit simplement d’acheter des serviettes hygiéniques uniquement et puis de se rendre dans l’un des onze points actuellement partenaires dans le projet et de les déposer à l’accueil ou dans les cartons prévus à cet effet », détaille Rémi Gueuning, Coordinateur Centre de Planning Familial de Verviers.

Les protections sont alors reconditionnées par 20 et redistribuées gratuitement dans la discrétion d’une trousse cousue par des bénévoles. A l’intérieur, des information utiles peuvent également être trouvées. « C’est vrai que l’idée, ce n’est pas juste venir chercher la pochette avec les serviettes, c’est aussi savoir que tel service ou telle association a une ouverture sur le sujet et c’est une manière d’aborder des questions par rapport au logement, une situation financière compliquée et avoir des infos plus appropriées à ce sujet là. »

En cinq ans, l’action de « BruZelle » a déjà permis de distribuer plus de 60 mille trousses soit un million 200 serviettes hygiéniques. Des chiffres que Verviers et Dison espèrent gonfler grâce à votre générosité.

 

 








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte