VEDIA

Un échevin d'Olne dénonce le système de rémunération de Publifin

 21 decembre 2016 19:03  |   Olne


Il s'agit incontestablement de la nouvelle affaire qui dérange... Révélée lors du conseil communal d'Olne en début de semaine, la rémunération de mandataires siégeant dans les comités de secteur de l'intercommunale Publifin, anciennement Tecteo, fait débat. Tout est donc parti de notre arrondissement, où l'échevin des finances d'Olne, Cédric Halin, féru de chiffres, décidait dès 2013 de s'intéresser au cas du holding public liégeois Publifin. Devant lui, certaines portes se sont refermées, et ses questions sonr restées sans réponse. Pas de quoi le décourager...

"A partir de 2016, je suis intervenu lors d'assemblées générales et je pose clairement la question de savoir ce que sont ces comités de secteur, combien de fois ils se réunissent, ce qu'ils font, leurs prérogatives, et surtout combien sont rémunérés les personnes qui en font partie. En août dernier, j'ai pu consulter l'ensemble des compte-rendus de ces comités de secteur et que j'ai pu me rendre compte du taux élevé d'absentéisme. Mais que celui-ci n'empêchait pas le mandataire d'être rémunbéré quoiqu'il se passe ! " note Cédric Halin, Echevin des Finances à Olne - cdH.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les 24 élus membres des trois comités de secteur de Publifin sont bien rétribués. Les chiffres avancés par Cédric Halin font état de sommes oscillant entre 1340 et 2871 euros par mois, depuis 3 ans et demi, quel que soit le niveau d'absentéisme lors des réunions de cet organe à vocation purement consultative. L'Echevin d'Olne le précise pourtant : il n'entend pas viser des personnes, mais bien fustiger un système...

"Je peux comprendre qu'humainement, la cupidité fait qu'on soit intéressé et qu'on soit content qu'on obtienne ce type de mandat. Ce que je regrette, c'est que ça coîute très cher ! Plus de 2 millions d'euros ! Et que l'intérêt est quasi nul pour le conseil d'administration de l'intercommunale", poursuit Cédric Halin.

Parmi les mandataires politiques faisant partie de ces comités de secteur de Publifin, on retrouve deux bourgmestres de l'arrondissement de Verviers : Valérie Dejardin, à Limbourg, et Alfred Lecerf, à Lontzen. Nous avons rencontré la première, qui souligne que sa participation au comité de secteur énergie consiste en un travail dépassant largement le cadre de réunions officielles...

"C'est toujours facile de jeter le discrédit sur le politique. En tout et pour tout, j'ai manqué deux réunions du comité de secteur ! Et quand j'y suis, je pose des questions. Et en dehors de ces réunions, on se voit pour faire des propositions. Moi, je suis mandataire d'une petite commune. Je suis Bourgmestre et j'ai arrêté de travaillé. A Publifin, je touche 1100 euros par mois. Pour un total de mes mandats qui atteint 2900 euros", explique Valérie Dejardin, Bourgmestre de Limbourg – PS.

Si elle respecte l'initiative de Cédric Halin, Valérie Dejardin dénonce par contre les méthodes utilisées dans cette affaire, où le jeu consiste à interpréter des chiffres.
De son côté, Cédric Halin avoue qu'il ne s'attendait pas à un tel déferlement médiatique autour de cette affaire, mais qu'il était de son devoir de mandataire de mettre en lumière la réalité des comités de secteur de Publifin...

S'il a voulu susciter le débat, Cédric Halin peut considérer que c'est mission accomplie, puisque le système de rémunération de l'intercommunale Publifin s'est invité au Parlement wallon ce mercredi, avec une prise de position claire et nette du Ministre des Pouvoirs locaux Paul Furlan...

"Il y a une assemblée générale de l'intercommunale ce jeudi et j'ai exigé que l'on mette fin à ce régime. Ou en tout cas qu'on le transforme", explique Paul Furlan, Ministre wallon des Pouvoirs locaux

Il aura donc fallu la curiosité aiguisée d'un échevin de la commune d'Olne pour faire trembler sur ses bases un géant financier tel que Publifin. Preuve que les intercommunales ne sont finalement pas si opaques qu'on peut le penser, dès l'instant où on prend la peine d'en analyser les activités. (VF)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte