VEDIA

La Communauté germanophone souligne certaines inégalités

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 13 decembre 2019 15:43  |   Eupen

C’est en ami que Pierre Yves Jeholet (MR) a posé le pied aujourd’hui à Eupen. En effet, lorsqu’il était ministre de l’Économie pour la Région Wallonne, il avait déjà conclu un accord de coopération avec la Communauté germanophone. Maintenant, c’est en tant que Ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles qu’il rencontrait son homologue germanophone.

Oliver Paasch a tenu à faire valoir les intérêts de sa communauté en ce qui concerne, par exemple, l’examen d’entrée en médecine. Depuis que l’examen a été avancé d’un an, cela pose problème à certains étudiants germanophones. En cause, le fait que certains d’entre eux ne soient pas encore parfaitement bilingues. L’idée de traduire ce test en allemand a donc été lancée, mais certains obstacles juridiques bloquent le passage. À l’issue de leur conversation d’aujourd’hui, les deux Ministres-présidents ont donc créé un groupe de travail pour trouver un accord de coopération.

Toujours sur la thématique de l’éducation, Oliver Paasch a marqué son désir d’améliorer les compétences de français des élèves germanophones. Pour ce faire, un autre groupe de réflexion a été créé pour resserrer la collaborations entre les écoles germanophones et francophones.

Les deux homologues ont également abordé le sujet des médias publics et de leur rôle dans l’apprentissage de la langue française et allemande. La BRF et la RTBF pourraient donc jouer un rôle majeur dans le futur dans l’apprentissage de la langue, des deux cotés de la frontière linguistique.

L’implantation de la 5G a également été abordée. En effet, seuls 20 % des implantations des antennes 5G sont réservées aux communautés contre 80 % pour le fédéral. Il faut donc penser à ce que la couverture de ce territoire soit optimal malgré ce petit pourcentage.

Bref, cette rencontre a servi à souligner certaines inégalités dont les quelque 80 000 habitants de la communauté germanophone sont victimes, pour les solutionner dans un futur proche.








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte