VEDIA

La méthode Montessori sur les bancs de l'école de l'Est à Verviers

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 26 novembre 2020 18:20  |   Verviers


Classer du plus grand au plus petit, du plus foncé au plus clair... A l’école communale de l’Est de Verviers, la manipulation est reine. L’autonomie aussi. Depuis septembre, la pédagogie Montessori a fait son entrée, de la classe d’accueil en maternelle à la deuxième primaire.

Des changements après seulement 3 mois

Madame Christine avait entendu parler de cette méthode d’apprentissage. Elle a pu l’observer de près à Henri-Chapelle avec ses collègues et sa direction. Séduite, elle a alors suivi une formation... avant de l’expérimenter en classe. Après seulement 3 mois, elle note déjà des différences.

"Beaucoup de choses ont changé! Personne ne crie. C’est une ambiance calme. Ils doivent se respecter. Respecter le travail des autres. Il n’y a pas de dispute. Il n’y a pas de conflit: "Moi, je veux le faire avant toi". Pour adresser la parole à l’adulte, ils doivent poser la main sur mon bras... explique Christine Nix, institutrice en 2ème et 3ème maternelle à l’école communale de l’Est de Verviers. Ce qui m’a vraiment frappé ici au retour de congé de la Toussaint par rapport aux autres années, c’est que, d’habitude, quand on revient des vacances, ils sont tout perdu. On dirait qu’ils ont oublié des choses. Cette année, ils sont revenus et dès le premier jour, ils se sont assis, zen, on a fait le calendrier... On a recommencé comme s’ils étaient là hier. Et ça, j’étais vraiment surprise. Cela m’a vraiment fait plaisir! Rien n’était perdu tellement ils avaient manipulé, c’était acquis".

"C’est incroyable, ils savent compter jusqu’à 90"

Et les échos des autres instituteurs sont similaires: "Combien de fois, ils ne sont pas montés dans mon bureau pour me dire: "C’est incroyable! Ils savent déjà compter jusqu’à 40. Ils savent compter jusqu’à 90. Ils savent écrire leur prénom, signale Laurence Breuer, directrice de l’école communale de l’Est de Verviers. C’est vraiment un changement dans le comportement et dans les apprentissages, vraiment un bond en avant. D’ailleurs, l’institutrice de première primaire, quand ils font du cycle 5-8 ans, elle voit déjà la différence".

Un des freins à l’utilisation de cette méthode est le coût du matériel. La Ville de Verviers a financé celui-ci. Elle pourrait le faire pour d’autres écoles communales en demande.










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte