VEDIA

Vaccination: nos centres bientôt fermés

 07 juillet 2021 15:29  |   Arrondissement de Verviers


La vaccination dans les centres de proximité comme Dison, Prés-Javais ou Hodimont touche doucement à sa fin. Elle a entamé sa dernière semaine ce mercredi. S’il s’attendait à avoir plus de monde, le docteur Dessart, coordinateur des centres de vaccination se dit malgré tout satisfait de la campagne. Il a, en effet, pu remarquer que certaines personnes se sont faites vacciner dans ces centres dits de quartier alors qu’elles craignaient de se rendre dans un plus grand lieu. Bonne nouvelle donc.

Malmedy et Herve fermés mi-août

Après ces centres éphémères, ce sera au tour des plus grands centres de vaccination de fermer leurs portes à tour de rôle. Les dates sont à présent connues. Ceux qui hésitent encore sont donc prévenu. "Nos antennes de proximité comme Spa, Lierneux et Limbourg vont fermer bientôt. Limbourg ferme ce samedi d’ailleurs. Malmedy et Herve vont fermer mi-aout. Et enfin nous avons obtenu pour Pepinster l’autorisation de pouvoir continuer jusqu’à la fin août sur 4 lignes ce qui permettra aux citoyens d’avoir la deuxième dose, ce qui est très important, mais aussi pour ceux qui se décident maintenant d’avoir encore une première dose jusqu’au 1er août. Dans les centres de Herve et de Malmedy, il sera possible d’avoir une première dose jusqu’à la mi-juillet seulement", précise Eric Dessart qui espère que la médecine générale prenne ensuite le relais pour les mois à venir. "Nous respectons le choix de chacun, mais le variant Delta prend de l’ampleur et va devenir très vite majoritaire. La seule solution qu’on a pour y résister c’est d’avoir les deux doses de vaccins. Il faut donc faire la première dose mais également la deuxième au plus vite. C’est d’ailleurs pour cela qu’aujourd’hui il est possible d’avancer sa deuxième dose pour les vaccins Pfizer et Astra".

Feu vert pour les 12-15 ans

La nouvelle est tombée ce matin, après les 16-17 ans, ce sont les 12-15 ans qui pourront aussi se rendre en centre pour des injections sous Pfizer, uniquement, avec accord parental. " Il faut toujours faire le rapport risque-bénéfice. Il y a des 12-15 ans qui se sont retrouvé en réa avec des complications cardiaques. Donc ils peuvent être touchés aussi. il y a comme n’importe quel vaccin des effets secondaires, mais ils ne sont pas très importants. Le but de vacciner cette jeune tranche d’âge c’est aussi pour permettre de protéger le reste de la société et aussi de permettre une reprise scolaire en septembre sans confinement comme l’an dernier", explique le coordinateur des centres de vaccination. 

Les Régions vont à présent organiser l’information aux parents ou tuteurs légaux ainsi que la prise de rendez-vous.(M.B)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte