VEDIA

Jean-François Istasse, candidat bourgmestre choisi par le PS

 08 aout 2020 11:58  |   Verviers


Le PS verviétois se réunissait ce vendredi à 17h pour convenir du candidat bourgmestre qu’ils proposeraient à la place de Muriel Targnion, actuelle bourgmestre de Verviers, exclue du PS. "Dans un souci d’apaisement, après tant de tumultes, il est temps de reprendre le chemin du travail et le PS, premier groupe politique du Conseil communal de Verviers, soutient dans ce but la candidature de Jean-François Istasse à la fonction mayorale", écrit la tutelle du PS composée de Marie-Claire Lambert, de Christophe Collignon et d’André Frédéric.

Un candidat bourgmestre prévu de longue date

Plusieurs élus avaient prévu ce cas de figure, dont Muriel Targnion. "Jean-François Istasse sera poussé vers cette place par le PS, pour le remercier d’avoir changé d’avis quant au pacte de nouvelle majorité que j’ai proposé", affirmait-elle juste après avoir été exclue du Parti.

En effet, pour que Jean-François Istasse devienne bourgmestre, une nouvelle majorité doit être installée et des motions de méfiance doivent être déposées successivement, notamment envers Hasan Aydin et Sophie Lambert, pour qu’ils gardent leur place au collège communal, tout en laissant la place de bourgmestre au doyen du PS verviétois. Un procédé que certains jugent "anti-démocratique", les sympathisants de Muriel Targnion n’hésitent pas à appeler cela de la "magouille". Ce qui n’est pas du goût d’André Frédéric, membre de la tutelle du PS, qui affirme à nos confrères de Sudpresse que "le procédé qui permettrait à Jean-François Istasse de devenir bourgmestre est parfaitement légal".

Dans le communiqué de presse écrit par les tuteurs du PS, on peut lire que "Cette candidature a en effet recueilli le consensus le plus large au sein du Groupe du PS". On peut donc penser que lorsqu’on parle de consensus, cela veut dire qu’il a fallu trancher des avis divergents, sinon le communiqué parlerait d’unanimité. En effet, pour permettre à Jean-François Istasse de devenir bourgmestre, il a probablement fallu freiner certaines ambitions. Notamment celles de Sophie Lambert, qui ne s’était pas caché d’envisager reprendre l’écharpe à Muriel Targnion.

C’est pourtant sur une note rassembleuse que démarre le communiqué de presse : "Réunis ce vendredi soir par la tutelle présidée par Mme Marie-Claire Lambert, Christophe Collignon et André Frédéric, les 10 élus PS (Hasan Aydin, Sophie Lambert, Malik Ben Achour, Sylvia Belly, Antoine Lukoki, Chimaine Nangi, Jean-François Istasse, Didier Nyssen, Anass Gallass et Said Naji) ont réaffirmé la solidité des liens qui les unissent et leur volonté de poursuivre le travail au service des Verviétoises et Verviétois."

Une rencontre avec le cartel ce week-end

"Dès demain, les Socialistes vont s’impliquer dans la mise en œuvre d’une majorité politique stable et suffisamment large que pour assurer à la Ville de Verviers une gestion rigoureuse dans un climat serein", indiquent-ils. Ce week-end, le PS verviétois rencontre le cartel (cdH- MR- Nouveau Verviers- B.Piron) pour trouver un terrain d’entente.

Certains élus du cartel ont déjà affirmé ne pas vouloir entrer dans l’interprétation du code de la démocratie locale. C’est pourtant avec cette solution que le PS va engager les négociations. Reste à voir si la proposition sera acceptée ou non. (P.J.)










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte