VEDIA

Stoumont: un Kilomètre Vertical, presque comme en montagne

 02 aout 2021 11:54  |   Stoumont


La petite localité de Targnon, sur la commune de Stoumont accueillait les premiers championnats de Belgique de Kilomètre Vertical, après une course test l’année passée, à La Roche. Très peu connu en Belgique, il se pratique surtout en France et en Suisse. 

Si vous êtes amateur de trail, vous avez certainement déjà entendu parlé du « Kilomètre vertical ». Pour les moins connaisseurs, voici quelques explications avec l’organisateur de la course.

"C’est peu connu et c’est surtout pas organisé. On voulait avoir un équivalent de ce qui se fait en France, le but étant de réaliser 1000 mètres de dénivelé positif sur une seule et même course," explique Pierre Leclercq, président de l’asbl "I Love Running Liège"

Vous allez me dire qu’en Belgique, on n’a pas 1000 mètres de dénivelé. Vous avez raison, et les organisateurs ont pensé à tout ! Ce système D rend même la course accessible à plus de monde.

"Evidemment, avec un Signal de Botrange à 700 mètres, on aura eu du mal de le faire en une fois. Donc ici le concept est de le faire en 3 montées. Au final, c’est un peu ouvert à tout le monde, en tout cas dans ce format-ci parce qu’on peut faire une seule, deux ou trois montées. Evidemment, à l’étranger, c’est beaucoup plus difficile parce qu’il faut faire les 1000 mètres en un coup donc là, c’est un certain niveau de participation qui est demandé," observe l’organisateur de la course.

Des belges, mais pas que!

Le championnat était ouvert aussi bien aux hommes qu’aux femmes. Certain(e)s athlètes venaient de l’étranger, comme le champion de France, Matthieu Gandolfi ou encore la championne du monde et d’Espagne, Charlotte Cotton. Etaient présents également des athlètes de notre région, comme Ludwig Lefebvre, qui termine 2e.

"C’est vraiment particulier vu qu’on nous chronomètre sur les trois montées, donc c’est deux kilomètres avec plus de 250 mètres de dénivelé à bloc, ce sont des efforts particuliers. La dernière est vraiment dur, en plus on nous lâche par vague, donc on a toujours peur de se faire remonter, c’est un peu atypique mais c’est bien. Ici j’ai bien géré, je perds du temps sur la dernière parce que j’essaie d’aller chercher le premier et je craque sur la fin, j’ai tenté le tout pour le tout et je suis satisfait," nous décrit Ludwig Lefebvre.

Les championnats de ce samedi tenaient lieu de sélection pour les championnats du monde, les gagnants des catégories hommes et femmes s’envoleront pour la Thaïlande. D’autres courses sont prévues mais on ne sait pas encore quand, seul le Covid nous le dira. (Marie Halkin)

 








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte