VEDIA

Les "Ficher", filiation affichée pour le tartan

 12 septembre 2021 07:57  |   Herve


Le club d’athlétisme de Herve a la singulière particularité de posséder un tandem d’athlètes "père-fils", pétri de talent. Augustin et Pierre Ficher. Même si leur trajectoire sportive diffère quelque peu, ils baignent tous deux dans un environnement familial rivé vers la pratique sportive, puisque la maman est en plus coach de natation à Herve. 

La piste du stade Popeye Piters, à Herve, voilà leur terrain de jeu : la maison de Pierre et Augustin est à 800m ; celle des grands-parents du jeune athlète, à 200m...et la piscine où il nage y est contiguë. Dans un espace réduit, toute leur vie condensée...

Pierre, 39 ans a commencé l’athlétisme sur le tard, il y a dix ans...pour perdre du poids, puis c’est devenu une vraie addiction...Augustin, 14 ans, a pris le sillage de son papa...

Augustin: "J’ai commencé l’athlétisme à l’âge de six ans, tout spécialement parce que papa en pratiquait: j’aimais beaucoup les cross, courir dans la boue, mais aussi les jeux qu’on faisait aux entraînements, sans compétition"

Pierre: "J’ai participé à de nombreuses épreuves du challenge, c’était très gai, grâce à l’ambiance qui y régnait, mais j’ai vite compris que j’aimais plus encore l’environnement standardisé d’une piste d’athlétisme. Réaliser des chronos, pour comparer ses propres performances, mais aussi se comparer parfois aux autres. Mes distances se sont raccourcies avec le temps" 

Augustin aime le sprint long, il est une vraie promesse de l’athlé au sud du pays, avec un récent titre de champion francophone sur 400M, il détient le troisième temps belge de sa catégorie, mais son talent ne s’arrête pas aux pistes de tartan, puisqu’il a remporté cette année cinq titres de champion de Belgique, en natation.

De son côté, Pierre a réalisé plusieurs podiums sur 800M, aux championnats de Belgique masters 35, que ce soit en indoor ou outdoor.

Et pour réaliser de telles performances, le talent ne suffit pas, il faut bosser...

Augustin: "Je m’entraîne deux à trois la semaine, en athlétisme; et quatre à cinq fois la semaine, en natation, et dans les deux disciplines, dans des groupes orientés vers le sprint"

Pierre: "J’ai la chance d’avoir un métier qui permet d’avoir de la liberté, de m’organiser, mais je pars du principe que dès que j’ai trente à quarante minutes devant moi, même si ce n’est que pour faire cinq kilomètres, j’en profite". 

Cette passion pour l’athlétisme, inévitablement, cela enrichit la relation père-fils...

Augustin: "On parle évidemment beaucoup athlétisme à la maison, et papa me donne pas mal de conseils, même si c’est d’abord mon coach le premier référent, mais c’est vrai que l’on dialogue pas mal en la matière"

Pierre: "Ce qui est intéressant, c’est que nos chronos respectifs se sont rapprochés, et ça nous parle bien plus à tous les deux, inévitablement le dialogue s’instaure". 

Augustin a battu son record sur 400, ce samedi, en 54’92’’ et pour Pierre, le meilleur 800 de sa carrière, en 2018, il l’a couru en 2’00 pile... à titre de comparaison, Pierre a déjà couru un 400 en 55’40 la même année, tandis qu’Augustin n’a pu faire mieux qu’un 2’06’’ sur 800, mais après une opération

Augustin: "Même si je commence maintenant à bien m’en rapprocher, voire les battre sur de plus courtes distances, les chronos de papa sont vraiment excellents"

Pierre: "Ce qui m’épate le plus chez Augustin, c’est son courage, car la charge d’entraînement est vraiment très importante, sans oublier qu’il réalise parfois des stages en natation, où il s’entraine plusieurs fois par jour. Quant à ses performances, elles sont assez effarantes, au regard de sa charge d’entraînement qui est un peu moindre par rapport à la natation"

 

Un tour de piste pour le fiston, un double tour pour le papa, entre le sprint long et le demi-fond, la distance n’est pas grande, les verra-t-on un our concourir l’un contre l’autre ?

Augustin: "J’espère bien oui, et j’espère bien le battre évidemment (sourires)"

Pierre: "En avril dernier, puisque la pandémie empêchait toute confrontation en compétition, on a organisé un petit duel entre nous, avec la maman au chrono, et Augustin m’a battu à deux reprises, sur 300M et 600M. Peut-être arrivera-t-on à le faire lors d’une vraie compétition, cela dépendra aussi des décisions de son coach"

 

Ce week-end, Augustin prenait part, à Lier, aux championnats de Belgique cadets, il y a donc battu son record personnel sans parvenir à se hisser en finale, mais à coup sûr, il vaudra certainement encore bien d’autres satisfactions à ses deux sportifs de parents (LS)

 








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte