VEDIA

Des "Aubeloises" frôlent le rêve avec Tchalou

 31 janvier 2021 20:00  |   Aubel


Ce samedi soir, se déroulait à Thuillies (commune de Thuin), dans le Hainaut, le match-retour de demi-finale de la coupe de Belgique de volleyball féminin. Le TchalouTeam accueillait la formation d’Oudegem (Termonde), vice-championne de Belgique à deux reprises. Les deux formations évoluent en Ligue A, l’élite belge, mais Tchalou depuis un an et demi seulement. Après avoir éliminé les Ostendaises (vice-championnes de Belgique en titre) en quarts de finale, l’équipe thudinienne s’attaquait à un  nouvel écueil... Après un match-aller à oublier, les joueuses d’Ugo Blairon se donnaient encore la chance de créer l’exploit pour se hisser en finale. Et parmi celles-ci, deux filles originaires de notre région, qui évoluaient autrefois à Aubel (jusqu’à l’arrêt de l’équipe première), Océane Reul (Andrimont) et Maurine Renard (Theux). 

Conscientes qu’il s’agissait peut-être d’une chance unique, les "Tchalou Girls" ont débuté la rencontre pied au plancher, en maintenant un écart de cinq points durant presque toute la durée du premier set, jusqu’à ce que des décisions arbitrales très discutables mettent des grains de sable dans la belle mécanique. "J’ai senti les filles frustrées", explique le coach Ugo Blairon. "Et c’est là que l’expérience d’Oudegem a fait la différence, alors que nous avions le match bien en main". Inexorablement, l’écart se réduit et les Flandriennes s’imposent 22-25. 

Au début du second set, on sent que les locales sont toujours estomaquées par le scénario du set précédent et elles ne parviennent plus à reproduire leur début de match. Au fil des minutes, le manque de concentration s’installe, et les points adverses commencent à défiler. Il y aura jusqu’à neuf points d’écart en faveur d’Oudegem, et les Termondoises s’imposent 17-25, synonyme d’ores et déjà d’une qualification pour la finale, au cumul des deux rencontres. 

Le sursaut d’orgueil des Thudiniennes viendra par moments dans le troisième set, mais le ressort est cassé et ces soubresauts (Tchalou y remporte certainement le plus bel échange de la rencontre) n’empêcheront pas les visiteuses de gagner le troisième set, 21-25. 

"Sans fanfaronner, je pense que si on avait remporté ce premier set, on aurait pû remporter ce match", affirme le coach. "Mais on manque encore de régularité dans la puissance de notre jeu. Quand il est à son paroxysme, on est quasi imbattables, mais on arrive pas à tenir tout un "rallye"...malgré l’immense travail qu’elles accomplissent, avec un coach aussi exigeant que je le suis... Elles peuvent être fières de ce qu’elles ont accompli, tout le club d’ailleurs peut être fier... et c’est certainement grâce au travail de formation en profondeur que nous avons mis en place". 

Intégration parfaite pour les "Aubeloises"

Même si on sent encore un peu d’aigreur ou de déception dans le discours, la mésaventure aubeloise est bien derrière pour Océane et Maurine. Alias "Océ" et "Momi". L’épanouissement au Tchalou est véritable... "J’avais vraiment l’envie de tester mes limites dans un club de l’élite, mais je voulais aussi conserver un environnement familial, le "Tchalou" a ce profil et le groupe que l’on a rejoint est vraiment génial", témoigne Maurine. 

La Theutoise n’est pas titulaire dans l’équipe, mais elle bosse pour y parvenir. "Il y a des joueuses étrangères d’un bon niveau, certaines sont professionnelles, donc ce n’est pas simple, mais comme je bénéficie de cours en distanciel avec cette crise, je parviens à avoir une belle charge d’entraînement pour progresser...". Et Ugo Blairon de confirmer: "C’est clair que pour Maurine, c’est un challenge, mais elle en veut... Elle n’a pas beaucoup de temps de jeu pour l’instant, mais c’est un formidable joker". 

Océane, elle, fait déjà partie des pièces maitresses du jeu "tchalou". "Avec Julia Topor, Marie Abrassart, on peut parler de locomotives, grâce à ses qualités qui en font notre libero attitrée", explique le coach. "Mais aussi grâce à sa mentalité". Océane a un vrai tempérament de feu sur le terrain. "Malgré la période compliquée que l’on vit actuellement avec le covid, on a quand même la chance de pouvoir jouer, s’entraîner et encore s’améliorer", souligne Océane. "L’intégration est parfaite et je suis ravie de faire partie de ce projet". 

Un projet aussi fulgurant qu’ambitieux, qui devrait encore évoluer dans les prochains mois. "A l’image de ce qu’on a réalisé dans ce premier set aujourd’hui", insiste Océane. "C’est ce qu’on doit reproduire désormais, en accumulant de l’expérience, pour rivaliser, dès cette seconde partie de championnat, avec les autres équipes de Ligue A". 

Sans tarder, puisque le prochain match du Tchalou est un vrai choc: le derby hennuyer face aux filles de Charleroi !








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte