VEDIA

Un duo offensif "verviétois" pour les "Sang et Marine"

 03 octobre 2021 11:10  |   Welkenraedt


Depuis l’entame de la saison dernière, le RFC Liégeois dispose, dans son secteur offensif, de deux joueurs issus de notre région. Deux joueurs qui ont débuté leur carrière à Eupen. Le premier, Damien Mouchamps, est arrivé la saison avant à Rocourt: le Spadois avait très peu joué pour l’Alliance. Le second, Michaël Lallemand, avait transité par plusieurs autres clubs de D1A, après Eupen: ancien diablotin en équipe d’âge, le Welkenraedtois avait été formé au Standard de Liège. Et il se retrouve donc aujourd’hui dans l’autre grand club de la cité ardente. Nous les avons rencontrés lors d’un entraînement délivré par l’ancien coach de Verviers, Drazen Brncic, au centre de formation de Wihogne. 

L’un est donc arrrivé en droite ligne du pays des Pandas, l’autre a quelque peu bourlingué, et ils sont plutôt satisfaits de se retrouver au sein de l’Old Club: "un club familial, convivial, qui progresse sainement vers le monde du professionnalisme, et qui peut compter sur de formidables supporters, oui ça me plaît", assure Damien Mouchamps"Je connaissais surtout Liège à travers son histoire, celle de ses exploits en D1, en Coupe de Belgique et en Coupe d’Europe, et maintenant j’apprends à le découvrir de l’intérieur, notamment avec ses supporters, fidèles, exigeants et bouillants", explique Michaël Lallemand.

Les deux hommes enrichissent le groupe de leur expérience propre... "J’avoue qu’à 25 ans, j’en ai assez peu, surtout après avoir si peu joué à Eupen", avoue Damien. "En fait, je me construis en même temps que Liège". A 28 ans, Michaël a une trajectoire intéressante pour l’équipe liégeoise: "Je suis un bon mix entre jeuness et expérience", juge-t-il. "Des joueurs comme Michaël, qui ont transité par des clubs de Pro League, qui ont des modes de fonctionnement différents vers quoi on essaie de tendre, sont une plus-valuen pour le club, à l’image de nos deux nouveaux transferts, Jérémy Perbet et Benjamin Lambot", confirme le directeur général du club, Pierre-Laurent Fassin   

Damien a joué 45 matches depuis son arrivée à Liège, et inscrit 6 buts. "Il faut bien avouer que ma première saison a été médiocre, mais petit-à-petit je prends mes marques, surtout avec un coach aussi pointilleux mais bienveillant comme Drazen Brncic". Depuis le début de sa carrière eupenoise, Michaël affiche un total de 244 matches officiels joués dans ses différents clubs, pour plus de 50 buts, dont 18 avec les Pandas lors de la saison 2013-14. Et depuis son arrivée à Liège, il a inscrit quatre buts... "Mais il faut souligner aussi qu’il n’a pas eu l’opportunité de faire éclore son talent, puisque sa toute première saison a été tronquée, et la suivante pour ainsi dire inexistance, à l’exception de la Coupe de Belgique (ndlr: et ce 1/16e de finale face à Anderlecht)", ajoute Pierre-Laurent Fassin. 

Le RFC Liégeois est actuellement en tête du championnat de D1 amateur et le Matricule 4 nourrit de l’ambition. Celle de la montée vers l’antichambre de l’élite, la D1B: "Les conditions d’octroi de la licence ont été abaissées, ce qui a ouvert l’appétit d’ambition de clubs supplémentaires, et nous visons en tout premier lieu une participation au tour final", explique Pierre-Laurent. "Mais il n’y aura cette saison qu’un seul montant, pour trois la saison prochaine". La tâche s’annonce donc ardue: "C’est un peu la bouteille à encre: on a l’impression que tout le monde peut gagner contre tout le monde dans cette division", confie Damien. "Mais nous croyons tous à la montée", affirme Michaël. "C’est notre ambition, de gravir les échelons avec Liège, mais si nous jouons comme nous l’avons fait par exemple contre Tessenderlo, on peut raisonnablement afficher cette ambition". 








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte