VEDIA

"Sauvons Petit-Rechain" demande un moratoire sur les projets immobiliers

 30 septembre 2021 07:48  |   Verviers


Cela fait quatre ans maintenant que plusieurs habitants de Petit-Rechain se plaignent de voir apparaître toujours plus d’urbanisation au coeur de leur village. Soucieux de préserver le caractère rural, ils n’ont pas hésité  à montrer leur mécontentement face aux différents projets immobiliers qui fleurissement dans le coin. Après avoir pointé du doigt l’impact de la mobilité et les parkings, le collectif Sauvons Petit-Rechain s’inquiète aujourd’hui du risque que pourraient avoir d’autres inondations. 

 "Verviers, quand on regarde, est dans une cuvette par rapport à nous et à d’autres", explique Michel Pezzin  du collectif "Sauvons Petit-Rechain". "Et si on construit en hauteur, c’est une absorption qui ne se fait pas et cela peut engendrer aussi des coulées de boue. On doit tenir compte de ce que s’est passé au mois de juillet. Je ne suis pas en train de dire que ce qui s’est passé, c’est à cause de l’urbanisation. Il y a eu d’autres problèmes.  Mais la nature est plus forte que l’homme et l’homme ne retient pas les leçons. Je pense qu’on doit essayer de tout faire pour avoir une urbanisation raisonnée et raisonnable".

Du coté de la ville, on rassure. Freddy Breuwer, échevin de l’urbanisme affirme tenir compte de l’avis de ses riverains et surtout de la récente problématique des inondations. Il assure prendre en considération une série de mesures obligatoires.  Et ne compte pas faire tout et n’importe quoi surtout après de tels évènements. Mais du côté citoyen, on n’y croit pas. On demande même un moratoire : " Premièrement, il manque de vision. On a besoin, on a envie, de réunir des experts, des climatologues, des spécialistes de l’urbanisation autour de la table et intégrer les citoyens. C’est plus que nécessaire pour penser aux générations futures et non pas à court terme. Le stop au bêton n’est pas notre slogan, c’est un slogan de certains experts qui nous disent qu’il faut repenser la stratégie d’urbanisation", ajoute encore le riverain.

Être résilient, selon Freddy Breuwer , "ce n’est pas tourné le dos à ce qu’on a fait  et ne plus rien faire". La ville, par son échevin, affirme que les projets qui ont du potentiel et qui sont encadrés seront intéressants pour le développement de l’offre de l’habitat en tenant compte de l’aménagement du territoire, "toujours". (M.B)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte