VEDIA

Pénurie de fruitiers: un seul producteur dans l'arrondissement

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 30 mars 2021 15:57  |   Stavelot


Depuis plusieurs mois, la demande en arbres, principalement en arbres fruitiers, n’a jamais été aussi forte. Suite au confinement et aux primes de la région wallonne, c’est même la pénurie. Le problème, c’est que les pépiniéristes qui produisent des plants d’arbres en Wallonie sont peu nombreux. Dans notre arrondissement, il n’en reste même qu’un seul : la pépinière Godefroid à Francorchamps.

La pépinière Godefroid à Francorchamps produit toute une série d’arbres d’ornement et de fruitiers. Mais vous n’en verrez pas beaucoup dans les champs. Il a été dévalisé. "Depuis la pandémie, il y a eu plus de clientèle, car les gens ont eu plus le temps de s’occuper de leurs jardins. C’est très bon pour nous", confirme Jean-Pierre Godefroid qui gère la pépinière du même nom.

Produire un arbre fruitier prend 4 à 5 ans

L’engouement pour les jardins nourriciers et les primes de la région wallonne ont aussi favorisé cette razzia sur les arbres fruitiers. Depuis près de 100 ans, la pépinière s’adapte aux tendances et à la demande. Mais impossible de produire plus d’arbres fruitiers du jour au lendemain. "Il faut savoir que les fruitiers demi-tiges et surtout hautes-tiges, il faut au minimum 4 ans pour produire ça. Donc il risque d’avoir encore une pénurie pendant 2 ou 3 ans, explique Jean-Pierre Godefroid. Maintenant, j’ai déjà des réservations pour l’automne, ce qui ne m’est jamais arrivé avant".

Seulement 2 producteurs en province de Liège

La pénurie est telle que les pépiniéristes doivent s’approvisionner en Frandres et aux Pays-Bas. Il faut dire qu’en Wallonie les pépinières qui produisent des plants d’arbres sont peu nombreux.

"Il faut savoir que dans les pépinières, il y a quand même eu une grosse crise voilà quelques années d’ici. Il y avait trop de plantes sur le marché. Beaucoup de pépiniéristes, qui avaient mon âge, ont cessé le travail. D’autres ont abandonné carrément les pépinières. Forcément, on a tous un peu moins produit, détaille le pépiniériste. Les conséquences sont que maintenant la demande est plus forte et qu’il y a beaucoup moins de production".

Les prix augmentent donc un peu. Une bonne nouvelle pour un secteur qui tirait la langue. Dans notre arrondissement, la pépinière Godefroid est la dernière à produire des plants de fruitiers. Vu son altitude d’environ 500 mètres, on peut s’y fournir en plantation «racines nues » plus longtemps qu’ailleurs en Belgique, soit jusqu’au 15 avril. (Aurélie Michel)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte