VEDIA

Projet "O'Quai" à Verviers : l'interview intégrale du promoteur Patric Huon

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 08 septembre 2020 18:39  |   Verviers


La redynamisation du centre-ville de Verviers passera par la création de nouveaux logements. Mais aussi, selon Freddy Breuwer, par l’abandon du projet initial de centre commercial contrairement à ce qu’a affirmé le futur Bourgmestre Jean-François Istasse. Pour l’échevin MR, un plan B serait sur la table du promoteur Patric Huon qui aurait une vocation plus résidentielle que commerciale. Une information démentie ce mardi par Patric Huon qui persiste et signe. Le centre commercial se fera et dans la mouture qu’il présente depuis 2018.

Audrey Degrange

Le 28 août dernier, la nouvelle future majorité verviétoise PS-Cartel présentait à la population ses ambitions pour la Ville avec une énorme surprise à la clé. Exit le projet, jugé irréaliste, de centre commercial O Quai. Place à un plan B et à Patric Huon de revoir sa copie. Une demande qui lui aurait été signifiée en mars dernier au tout début de la crise sanitaire par Muriel Targnion et Freddy Breuwer. "C’est Muriel Targnion qui a évoqué ce plan B et c’est la seule et unique fois, explique Patric Huon, le CEO de City Mall. Je lui ai répondu que ce n’était pas à l’ordre du jour car avec tout le travail que nous avons déjà accompli, ce n’est pas une option. On a 7-8 ans d’avance donc non, il n’y a pas de plan B." Et de rappeler qu’il y jusqu’avril 2023 pour démarrer les travaux. 

Patric Huon est donc catégorique, il ne renoncera jamais à son projet et peu lui chaut les remous de la vie politique verviétoise sauf quand il est pris en otage. " On a accepté une discussion dans le cadre exceptionnel de la crise sanitaire et là, les mandataires politiques disent qu’on va mettre le promoteur au garde à vous! Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne, c’est moi qui décide!", rappelle-t-il. Je ne vais pas me fâcher mais ce que ces gens ont fait n’a pas de sens. Personne n’a à nous dire ce qu’on doit faire, c’était avant qu’il fallait se manifester."

Pas question pour autant pour le promoteur d’entamer un bras de fer avec la nouvelle majorité, il veut avancer en toute confiance. "Je veux continuer en expliquant aux nouveaux mandataires pourquoi on continue. Je me sentirai content et satisfait quand les mandataires auront compris mon projet et qu’ils ont confiance en nous. Ensuite, je ne suis pas obtus et je ne laisserai pas couler le projeet si la crise sanitaire se poursuit trop longtemps."

Reste que pour les Verviétois, cela fait plus de 15 ans que rien ne bouge et qu’ils attendent impatiemment une reprise du centre ville. Sans parler de la rénovation de la rue Spintay où les bâtiments s’effondrent. D’où l’idée du promoteur verviétois Jean-Pol Bollette de racheter pour un euro symbolique ce pan du projet, risible pour Patric Huon "Nous avons un permis commun entre les deux et je ne sais pas céder le résidentiel de la rue Spintay sans mettre en péril mon centre commerical donc ce serait fou! Puis je ne vais donner gratuitement le terrain pour faire 10 000M2 de résidentiel à l’endroit le mieux situé de la ville, ça n’a pas de sens." 

Aujourd’hui, Patric Huon veut rassurer même si la commercialisation a été mise entre parenthèse ces derniers mois, la reprise s’amorce. Et pas question pour lui d’abandonner Verviers. La flamme continue de brûler pour ce projet d’intégration urbaine auquel il croit dur comme fer. 

▶︎ Pour voir le reportage JT ⤵︎

 

 










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte