VEDIA

Taxe parkings gratuits à Verviers : l'UCM va au Conseil d'Etat

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 25 juin 2019 12:10  |   Verviers

Faire passer à la caisse les commerçants de la périphérie en leur demandant de payer une taxe sur les emplacements de parkings, la pilule semble dure à avaler. La mesure pourrait rapporter 300 000 euros chaque année dans les caisses communales et a déjà reçu le feu vert de la tutelle. Les premiers commerçants concernés ont déjà été contactés. " Même si la taxe est impactée sur les locataires, c’est en majorité des enseignes de la grande distribution. Personne n’aime payer des taxes mais j’estime que cette taxe-ci touche des redevables qui ont les moyens de s’en acquitter. Et elle est proportionnée", indique Alexandre Loffet, échevin du Budget et des Finances.

Un manque à gagner de 20 000 euros/an

Soutenir le commerce de proximité en mettant à contribution les grandes enseignes, l’Union des Classes Moyennes n’est pas d’accord. Et pour certaines, l’addition pourrait être salée. "Si on imagine le Brico de Heusy, ils vont devoir payer 20 à 25 000 euros par an. Ce qui équivaut à un emploi mi-temps ! " s’insurge Jean Jungling, Directeur de l’UCM Verviers

Comme à Liège, Mons ou Charleroi par exemple,  la ville de Verviers entend donc se montrer dissuasive en créant une taxe sur les parkings gratuits situés en périphérie. La très proche périphérie puisqu’on parle ici des parkings de Crescend’Eau ou du pôle Gérardchamps par exemple. " L’existence de grands parkings en périphéries est attirante. On le voit puisqu’il n’y a pas de cellules vides contrairement au centre-ville. Il faut reforcer l’attractivité du centre en bon équilibre avec la périphérie", poursuit Alexandre Loffet.

Des autocollants "Mare des taxes" placardés

En attendant, malgré une réunion de conciliation, l’UCM et la ville de Verviers ne sont pas sur la même longueur d’ondes et cela se voit… Allusion à ces autocollants posés sur la façade du bureau de l’échevin des Finances. L’UCM réclame très clairement la suppression de la taxe. " On a décidé d’introduire un recours au Conseil d’Etat. Nos chances d’aboutir sont importantes car le dossier est vide. L’Echevin est incapable de dire combien de commerces seront impactés", indique encore  Jean Jungling.

Pot de terre contre pot de fer ? L’échevin Alexandre Loffet persiste et signe : la taxe sur les emplacements de parkings gratuits sera bien appliquée à Verviers. (MY)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte