VEDIA

La Province de Liège doit se restructurer pour financer les pompiers

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 31 octobre 2020 08:56  |   Province de Liège


La réforme du financement de la Sécurité civile annoncée par la Déclaration de politique régionale 2019-2024 et précisée par la circulaire du Ministre des Pouvoirs locaux du 17 juillet 2020 impose à la Province de Liège de reprendre progressivement à sa charge 60% du montant des dotations communales aux six Zones de secours du territoire provincial.

Les contours de la mise en œuvre de ce financement ne sont pas encore totalement définis et devront faire l’objet d’indispensables éclaircissements de la part de la Wallonie mais, pour l’heure, la Province de Liège doit consacrer près de 12 millions en 2020 ainsi que 20 millions en 2021 pour ses zones de secours et en arriver progressivement, à l’horizon 2024, à une somme avoisinant les 45 millions.

Au contraire d’autres provinces, la situation financière de la Province de Liège permet d’assurer cette nouvelle charge pour l’exercice 2020 au travers du dernier cahier de modifications budgétaires sans mettre en péril l’équilibre budgétaire.

En revanche, pour les années suivantes, il en va tout autrement et les réserves constituées résultant d’une bonne gestion antérieure ne suffiront plus en 2022. L’accroissement de cette charge liée aux Zones de secours requiert donc de dégager des moyens financiers supplémentaires non seulement par un recadrage des compétences et activités menées par la Province de Liège mais aussi par l’adoption de mesures structurelles affectant le fonctionnement de l’institution.

Entre juillet et octobre, les membres du Collège provincial ont entamé une analyse fine de la situation, proposer une méthode de travail et dégager un ordre de grandeur des efforts de rationalisation à concurrence de 5% du budget 2020 en 2021 et de 15% pour l’exercice budgétaire 2024 au plus tard.

D’ores et déjà, le Collège provincial a décidé d’instaurer un moratoire sur toutes les procédures de recrutement et de promotion.

Cependant d’autres pistes de réflexion sont envisagées tout en mettant tout en œuvre pour ne pas procéder à des licenciements.

  • Instaurer une politique de non remplacement du personnel admis à la retraite et en maladie ;
  • Intensifier la mobilité du personnel en place ;
  • Intensifier la formation du personnel en place ;
  • Envisager l’outplacement pour le personnel vers d’autres administrations ou organismes publics comme suggéré par le Gouvernement Wallon ;
  • Aménager les fins de carrière ;
  • Diminuer les recours à des travailleurs occasionnels.
  • Réorganiser le Service Ressources Humaines afin de mettre en œuvre cette nouvelle politique liée au personnel ;
  • Continuer à rationaliser le patrimoine en identifiant d’autres possibilités de ventes afin de rassembler des services et de se séparer de biens immobiliers ce qui permet des économies de charges liées aux énergies et à l’entretien de ces bâtiments ;
  • Proposer une diminution des dépenses de transfert de l’ordre de 15 % au budget pour les dépenses qui ne sont pas liées à des décrets ou à des obligations légales. Cette diminution sera d’application pour les subsides liés au fonctionnement, aux projets, aux participations dans les intercommunales…

Le budget 2021 voté

Le budget 2021 de la Province de Liège a été voté par le Conseil Provincial. Prolongement du budget 2020, il prend néanmoins en compte la charge nouvelle qui est imposée à la Province.

Une somme de 20 millions € sera versée aux zones de secours et ce, sans compter les obligations déjà imposées aujourd’hui à la Province. Cette contribution, qui correspond à 30% du montant des dotations communales, sera amenée à évoluer au cours des années à venir pour atteindre un soutien équivalent à 60% du montant desdites dotations en 2024.

Les dépenses du budget « ordinaire » s’élèvent à 309.748.831 €. Les dépenses de personnel et de fonctionnement représentent respectivement 66,01% et 15,23% de ce budget ordinaire, soit 81,24% au total. Le reste des dépenses est constitué des dépenses de transferts pour 12,73% (ce poste inclut le financement des Zones de Secours) et 6,03 % pour la dette (remboursement et intérêts).

Le solde de la dette à rembourser au 1er janvier 2021 est de 137.633.544 €

Le taux de Centimes Additionnels au Précompte Immobilier reste inchangé à 1.750.

Le budget extraordinaire prévoit en 2021 un plan d’investissements de 43,1 millions €.

 










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte