VEDIA

Crise politique à Verviers: la partie continue...

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 23 novembre 2020 18:15  |   Verviers


Le budget, c’est l’élément de base de la gestion communale. Un document annuel qui contient les recettes et dépenses estimées mais qui traduit aussi les intentions politiques que la majorité compte concrétiser durant l’année. C’est le collège qui décide quand il sera voté au conseil communal. A Verviers, ce sera le 22 décembre prochain. Entre-temps, des documents officiels doivent être rentrés et sur ce point, le Parti socialiste ne jouerait pas le jeu...

Audrey Degrange

Un coup de poker, un déplacement sur l’échiquier ou encore la conquête du drapeau avant de sauter, vous l’aurez compris, on continue de jouer à Verviers. Dernière mise en jeu, le budget. Dernière parade, un avis juridique rendu ce vendredi par l’avocat de la ville qui redistribuerait les cartes mais qui bloque de facto toutes discussions sur le budget. "A chaque réunion, les échevins PS inventent un nouveau mensonge. La première fois, ils n’ont pas le temps de le regarder, ensuite, ils font de nouvelles demandes qu’on a toujours pas reçues.  E puis, il y a un avis juridique qui ne fait finalement que dire ce que nous savons depuis des mois. Jusqu’à preuve du contraire, il n’y a pas de nouveau pacte de majorité déposé donc les échevins doivent faire leur travail, martèle Alexandre Loffet, Echevin des Finances. Pour faire son travail, il faut un budget. Et s’ils ne veulent pas le faire, qu’ils remboursent leur salaire!"

"La majorité en place est une majorité judiciaire, une majorité Conseil d’Etat qui n’est pas le fruit de la volonté des acteurs politiques, explique quant à lui, Malik Ben Achour, Conseiller communal PS. Ce que nous voulons, c’est qu’une vraie majorité politique, fruit d’une volonté des acteurs verviétois puisse être à la manoeuvre pour proposer un budget conforme à sa vision des choses. C’est aussi simple que ça."

Et sur ce point, Malik Ben Achour persiste et signe. Il serait suivi par le cartel MR - Nouveau Verviers - cdH. " J’ai eu des contacts avec Maxime Degey qui me dit être en parfait accord avec ce que j’exprime, j’ai eu Cécile Ozer cdH qui me dit aussi que ça paraît couler de source donc on est vraiment sur une politique de bon sens que certains essayent de détourner pour à nouveau alimenter la machine à polémiques de la politique verviétoise."

"Moi, je n’en peux rien si le PS est allé faire voter un pacte de majorité illégal qu’on leur avait déconseillé pendant des mois", lui rétorque alors Alexandre Loffet.

Mais on s’éloigne. Du coté du MR on reconnaît partager la position du PS mais on se veut plus nuancé. "Je partage l’idée d’une majorité durablement installée qui vote le nouveau budget mais à l’heure actuelle, il existe une majorité, explique Maxime Degey, Premier échevin MR. Ce qui serait vraiment irresponsable c’est de présenter un budget qui ne soit pas voté par 19 conseillers car la conséquence serait que Verviers serait placée sous un commissaire de gouvernement et que donc que toute une série de projets serait retardée. Il y a une responsabilité du Collège et des Echevins à travailler sur l’ébauche d’un budget et puis il y aura une responsabilité politique de voter ce budget le 22 ou plus tard."

Sauf que pour Malik Ben Achour, la partie a assez duré. "Moi ce que je dis, c’est que ceux qui veulent un budget pour le mois de décembre, la solution est simple. Activez-vous pour constituer une majorité politique et peu importe laquelle."

Une perche clairement tendue au Cartel qui semble aujourd’hui avoir la main. Reste à voir qui de Malik Ben Achour ou de Maxime Degey sera désigné roi. Sachant qu’Hasan Aydin est encore en droit de jouer sa carte.












Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte