VEDIA

Vieux Métiers à Sart: portraits de l'équarrisseur et du scieur de long

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 10 aout 2018 16:58  |   Jalhay

La fête des Vieux Métiers, c’est ce 11 et ce 12 août à Sart. Plus de 1500 bénévoles s’activeront samedi et dimanche pour vous faire découvrir gratuitement les savoir-faire et les gestes effectués voilà 100 ans. Instituteur, fermier, briquetier, charron, secrétaire communal, vannier... Au total, plus de 100 métiers prendront place au centre du village.

45 à 90 minutes pour scier une planche

Parmi eux, les scieurs de long. Il leur faut entre trois quarts d’heure et une heure et demi pour débiter une planche d’un tronc. Et c’est physique! C’est un des métiers les plus éprouvants de la fête. En haut, ce sont les bras qui forcent. En bas, davantage le dos. Du coup, ils seront 20 bénévoles à se relayer durant le week-end. Parmi eux, Michaël Grégoire. Pourquoi ce métier là plutôt qu’un autre? "Parce que c’est le plus physique et que, depuis que je suis gamin, je fais partie de l’équipe".

"Moi, c’est mon papa qui m’a un peu enseigné tout ça, explique Adrien Dauvister, un autre scieur de long. Au fur et à mesure, on apprend. Ici, c’est la troisième édition que je fais ce métier-ci, je me rends compte que cela va beaucoup mieux! L’ambiance qui règne aussi sur ce site est vraiment très agréable". 

"Une personne âgée nous a appris ce métier"

Juste à côté, d’autres bénévoles s’entraînenaient la veille des Vieux Métiers à équarrir un tronc de chêne, c’est-à-dire à le rendre carré. 

Ensemble, les 6 équarrisseurs produiront deux poutres sur le week-end.

 "Nous, on n’a pas plus l’habitude. C’est une chose que l’on fait seulement lors des Vieux Métiers. On doit chaque fois reprendre ça en main, signale Daniel Appeldoorn, équarrisseur aux Vieux Métiers. C’est une personne âgée qui nous avait appris ce métier. Lui, il en faisait encore de temps en temps pour son métier. Sur une journée, ils faisaient une ou deux poutres donc il arrivait à travailler assez vite. Il avait le coup de main qu’il fallait".

La motivation de tous ces bénévoles? Perpétuer ce savoir-faire, ce pan d’histoire de nos villages. (Au.M)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte