VEDIA

Spa : des roses et fleurs sauvages plutôt que des mauvaises herbes

 31 mars 2021 15:38  |   Spa


Remplacer les mauvaises herbes entre les façades des maisons et les trottoirs par des fleurs sauvages et des roses trémières, c’est l’initiative lancée par la Ville de Spa depuis début mars.

"Le projet consiste en la distribution gratuite de graines de fleurs sauvages et de roses trémières aux citoyens spadois", débute Yoann Frédéric, échevin de l’Environnement à Spa. "Il répond à un double objectif. Le premier est d’inviter les citoyens à participer à l’embellissement de l’espace public au travers du fleurissement des pieds de trottoirs. Ce sont des fleurs qui vont apparaitre comme des pop-up dans l’espace public et qui vont le rendre plus agréable. Le second objectif est de favoriser la biodiversité puisque nous avons fait le choix de fleurs mellifères, c’est-à-dire qui produisent un nectar extrêmement riche qui convient parfaitement aux instectes pollinisateurs à la recherche de ce type de nourriture".   

Cette initiative est un geste pour l’environnement et également une bonne façon de ne plus utiliser de produits phytosanitaires, des pesticides pour la plupart interdits. Plus de 150 Spadois participent déjà à cette action. Parmi eux, il y a Siska Moffart, qui réside dans la ville thermale depuis 25 ans.

"J’ai décidé d’y participer simplement parce que j’aime les fleurs et que j’ai toujours envie d’embellir le coin où j’habite. J’y ai déjà pris part l’année dernière, j’avais reçu des graines de roses trémières et j’en ai eu de très jolies".   

"Être attentif à la beauté des choses"

Il ne suffira pas seulement pour les citoyens de planter ces fleurs.

"Il ne faut pas faire appel au Parc et Jardin pour pouvoir s’en sortir. Il s’agit véritablement de planter, de voir pousser ses fleuraisons et ensuite, si jamais elles dépassent d’un certain niveau, notamment les roses trémières qui peuvent monter à plus de deux mètres, ou si elles envahissent trop la zone du trottoir, il faudra pratiquer à certaines découpes pour éviter que la circulation piétonne ne soit obstruée par les plantations", explique Yoann Frédéric. 

Un entretien qui ne fait pas peur à Siska Moffart, elle qui défend la lutte pour l’environnement.

"C’est important car c’est l’endroit où j’habite, où mes enfants habitent et où mes petits-enfants vivront. Je pense qu’on doit, chacun, être un peu attentif à son environnement, à la beauté des choses, à ne pas jeter ses déchets sur l’espace public, à ne pas laisser les chiens faire leurs besoins sur les trottoirs etc".

La Ville a profité de ce reportage pour prolonger de quelques jours la distribution, qui devait initialement s’arrêter demain. (Nicolas Lesecque)

 








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte