VEDIA

Trois-Ponts : faute d'élèves, l'école de Wanne est menacée de fermeture

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 03 juillet 2019 16:38  |   Trois-Ponts

A peine l’année scolaire est-elle terminée que l’inquiétude règne à propos de l’avenir de la petite école de Wanne, sur les hauteurs de Trois-Ponts. Accueillera-t-elle encore des enfants à la rentrée prochaine? Ce n’est pas certain. Il manque effectivement un élève pour que cette petite école de village puisse poursuivre ses activités.

Les vacances commencent à peine mais ces mamans sont inquiètes. Elle craignent de devoir inscrire leurs enfants dans une nouvelle école à la rentrée prochaine. L’avenir de la petite école maternelle de Wanne est en effet menacé. Il y a actuellement 11 élèves mais d’ici le 30 septembre, il faut absolument en accueillir un 12ème. Sinon ce sera la fermeture. "Nous avons déjà connu la même problématique l’année passée", explique Delphine Pesser, maman d’élève. "Nous avions eu une dérogation mais nous ne pouvons l’avoir qu’un an sur deux. Donc cette année, il faut absolument un 12ème petit élève pour sauver cette petite école très familiale".

Wanne-la-paisible

Wanne est évidemment un petit village et son école paisible et à taille humaine, est à son image. C’est d’ailleurs ce qui séduit véritablement les parents. "Il y une institutrice et une puéricultrice. L’encadrement y est privilégié et peu d’écoles ont cette chance", poursuit Delphine Pesser. "Nous sommes aussi dans un cadre exceptionnel. Il y plein d’activités comme des cours de musique, d’anglais, de natation. L’école travaille beaucoup avec le centre culturel de Trois-Ponts, le Château de Wanne et le Val de Wanne. C’est vraiment top pour que les enfants débutent leur scolarité".

"Nos enfants ont de la chance"

Caroline est la maman d’une petite fille porteuse de trisomie 21. Pour elle, le cadre et l’encadrement proposé par l’école contribue entièrement à son épanouissement. "Le fait que l’école compte une bonne dizaine d’élèves pour les trois années de maternelle a facilité l’intégration de notre fille. L’encadrement proposé aux enfants est différent que dans une grande école de ville (...) Je pense que nous enfants ont de la chance", explique Caroline Hermann.

A Wanne, la mobilisation est entière. Les parents et les élèves croisent les doigts. Il reste trois mois pour que leur appel soit entendu. (M.L.)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte