VEDIA

Début des épreuves du CEB : les élèves stressés mais confiants

 16 juin 2022 15:45  |   Verviers


C’est une formalité pour les uns, un enfer pour les autres. Des dizaines de milliers d’écoliers de sixième primaire entamaient ce jeudi matin leur CEB, le désormais célèbre Certificat d’Etudes de Base. Une journée un peu particulière et surtout très stressante pour les élèves, pour les enseignants mais aussi pour les parents.

A l’école René Hausman, sur les hauteurs de Verviers, c’est silence et concentration dans la classe de 6e primaire de Madame Piette. Aujourd’hui, les élèves débutent leur CEB, passage obligé vers le secondaire. Le CEB porte, comme de coutume, sur le français, les mathématiques et l’éveil (sciences, histoire, géographie).

Peu avant de commencer, le stress était palpable. "Je suis très stressé", lâche Mattéo. "C’est mon bracelet pour me déstresser que m’a offert ma maman et ça m’aide beaucoup", confie Romane en montrant son poignet.

Stressés mais préparés, Mattéo et Romane ont révisé de longues heures pour être prêts. "J’ai fait des CEB à blanc chez moi et ici à l’école. J’ai revu plus ou moins toute la matière", nous dit Mattéo. "Je suis confiante. Je sais que j’ai beaucoup étudié. Je n’ai pas peur de rater. Je sais que je vais réussir. C’est juste que j’ai un gros objectif. J’ai envie d’avoir le plus de points possibles", ajoute pur sa part Romane.

Leur institutrice est aussi relativement confiante. Toute la matière a été vue. Mais à cause du Covid, il a fallu aller plus vite sur certains chapitres. "C’est vrai qu’on a un peu carburé sur la fin", confirme Audrey Piette, institutrice de 6e primaire à l’école René Hausman. "Malgré tout, il y avait un peu du retard. Mais tout a été vu. On a mis les bouchées doubles mais on est arrivé au bout. Ils ont fait le boulot et ont été de bonnes compositions. Ils ont envie de réussir, ça se voit!"

Pour cette première journée d’épreuves, les élèves ont droit à du français et à de la géométrie. Comme toujours, il y a encore des lacunes dans certaines branches. Les maths restent le plus problématique. "Le CEB n’est pas plus difficile que les autres années. Mais il se base sur les essentiels. Donc on a laissé de côté certaines choses comme peut-être l’étude des polygônes pour se baser sur les choses essentielles et nécessaires à une continuité en secondaire", précise Marjorie Huin , directrice de l’école René Hausman.

Les épreuves se termineront mardi prochain. Les résultats seront connus fin du mois. L’an dernier, 9 élèves sur 10 ont réussi leur CEB...Un cap qui marquera pour la plupart d’entre eux la fin d’un chapitre. 

Renaud Collette








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte