VEDIA

Welkenraedt : 54 emplois menacés chez Hexcel

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 10 juillet 2020 13:40  |   Welkenraedt


C’est un nouveau coup pour l’économie et l’emploi en région verviétoise. Ce vendredi, un conseil d’entreprise extraordinaire s’est tenu au sein de la société Hexcel, située à Welkenraedt. L’entreprise spécialisée dans la fabrication de pièces pour l’aéronautique subit de plein fouet la crise liée au Covid-19. Une crise qui a évidemment d’énormes conséquences sur le secteur économique. Et celui de l’aéronautique est particulièrement touché. Une évidence malheureuse quand on sait qu’en avril 2017, le trafic aérien mondial a chuté de 70%. Conséquence pour l’entreprise welkenraedtoise, 54 emplois (39 ouvriers, 5 employés et non-reconduction de 10 CDI) vont être supprimés, sur 152 travailleurs, et la phase 1 de la procédure Renault va être enclenchée.

« L’entreprise doit malheureusement adapter sa structure en fonction du carnet de commandes qui ne cesse de s’amincir », nous a précisé René Petit Secrétaire permanent CSC METEA. « C’est d’autant plus catastrophique quand on sait qu’avant la crise du Covid-19, l’entreprise était au-dessus des prévisions pour le premier trimestre 2020 ».

Du côté de la direction, on évoque également la situation actuelle comme facteur prépondérant à cette réorganisation. Une situation dont les conséquences pourraient s’étaler dans le temps « Certains experts considèrent que l’impact de la crise sanitaire sera bien plus important qu’après la crise du 11 septembre 2001 ou la crise financière de 2008 et de nombreux analystes ne prévoient pas un retour à la normale avant 2024 » déclare Robert Moray, Directeur du site Hexcel Composites. 

« Il est impératif d’agir maintenant pour préserver l’activité du site de Welkenraedt. Je suis bien entendu conscient qu’une telle annonce est un moment difficile à vivre pour nos collaborateurs et leur famille. Nous sommes prêts à envisager les mesures d’accompagnement adéquates pour les collaborateurs concernés en concertation étroite avec les représentants du personnel » poursuit Robert Moray.

Pour rappel, cette vague de licenciements fait suite à celle de septembre 2018. A l’époque, 51 travailleurs avaient perdu leur emploi. (M.L.)










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte