VEDIA

Le Brexit? Pas d'inquiétude mais des opportunités pour Stassen à Aubel

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 15 janvier 2019 19:02  |   Aubel

C’est ce mardi soir que la Chambre britannique va se prononcer sur les modalités de divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Il y a beaucoup de chance que cet accord soit rejeté. Toutes les barrières douanières peuvent réapparaître d’un coup le 29 mars avec des conséquences importantes chez nous. Le Royaume-Uni est le 4ème plus important partenaire commercial de la Belgique.

Chez Stassen, à Aubel, on se prépare à ce choc éventuel mais aussi aux opportunités qu’il ouvre. Plus de 70% du cidre produit par Stassen à Aubel est exportée. Dont 5% seulement à destination du Royaume-Uni. Avec le Brexit, les échanges de Stassen avec les Anglais pourraient être impactés très rapidement. Au niveau des formalités administratives, l’entreprise aubeloise se dit rodée. Pas d’inquiétude non plus par rapport à ses fournisseurs anglais. Stassen appartient au groupe Heineken où les alternatives sont nombreuses.

A contrario, on pourrait même produire davantage de cidres ici suite au Brexit. Des nouveaux clients potentiels contactent Stassen pour y faire face.

De nouveaux clients les contactent

"Des problèmes administratifs, douaniers ou même de taxes qu’on ne connaît pas encore. Tout ça pourrait arriver. Et donc certains clients se disent: il vaut mieux assurer, être certain de son approvisionnement et donc utiliser l’entreprise Stassen plutôt que notre cidrerie soeur, puisqu’on fait partie du même groupe, qui est basée en Angleterre, indique David Ragot, directeur Cidrerie Stassen. Le Brexit, c’est certain qu’il ne sera pas très favorable à l’Angleterre, ça c’est sûr! Et donc, s’il n’est pas favorable à l’Angleterre, potentiellement, il pourrait être favorable à l’autre".

Le plus gros stress de la cidrerie aubeloise s’est finalement de voir se concrétiser toutes ces sollicitations, du jour au lendemain. Si les Anglais rejettent ce soir l’accord de divorce négocié avec l’Union Européenne, on pourrait avoir un « no deal » : le retrait du Royaume Uni de l’Union européenne ce 29 mars, purement et simplement, sans période transitoire, ni aménagements.

En fait, Stassen travaille sur les différents scenarii possibles de l’après-vote... et ils sont nombreux ! Dur pour nos sociétés de se préparer et d’anticiper les futures relations commerciales avec ses partenaires outre-Manche. Pour les y aider, la Chambre de commerce et d’industrie Liège-Verviers-Namur organise ce 29 janvier une séance d’informations gratuite sur les impacts du Brexit.

 

 








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte