VEDIA

Fédéral et Région creusent doucement le déficit verviétois

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 06 mars 2020 16:30  |   Verviers


On le sait, l’heure n’est pas à la fête pour les dépenses publiques. La dernière analyse sur le coût des pensions pour les agents statutaires communaux a de quoi interpeller les communes. En 2018 ce coût a représenté 245 millions d’euros alors qu’on parle de 363 millions d’euros d’ici 2025. Du côté de Verviers, cette constatation ne fera pas exception.

"À partir de 2022, on passerait à un taux de cotisation de solidarité de 38,5% à 43% de masse de statutaires. Quelques pourcents de plus et on parle en milliers d’euros tout de suite pour la ville de Verviers", explique Alexandre Loffet, l’échevin des Finances de la Ville.

Mais l’inflation des coûts ne dépend pas que des pensions du personnel statutaire financées par les pouvoirs locaux. Aujourd’hui, d’après l’Union des Villes et des Communes en Wallonie, le fédéral et la région wallonne reporteraient une série de charges financières sur le dos des communes, ce qui n’arrange rien pour les finances.

"Le fédéral prend des mesures et ne compense rien comme le tax shift. Pour 2021, par exemple, c’est 1 million 400 milles de perte fiscale pour la ville de Verviers". 

Du côté du Verviers qui connaît déjà plusieurs difficultés budgétaires, les solutions ne sont pas simples à trouver. Pour les autres communes non plus. À l’UVCW , on parle même de mandature de la dernière chance.

Le Centre régional d’aide aux communes propose un prêt budgétaire à 0 pourcent comme cela se fait déjà à Liège ou à Charleroi pour lisser ces surcoûts mais cela ne ferait que reculer le problème. (M.B.)

 










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte