VEDIA

Les loueurs de ski et les stations demandent à pouvoir enfin ouvrir

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 05 janvier 2021 15:00  |   Jalhay - Lierneux - Malmedy - Spa - Stavelot - Trois-Ponts - Waimes


La neige recouvre nos hauteurs depuis plusieurs jours. Mais les pistes et les locations de ski alpins et de ski de fond sont fermées depuis le 18 décembre suite à une décision du Conseil national de sécurité. Pour la quarantaine de loueurs de ski, le manque à gagner est important. Ils réclament de revoir cette fermeture. Une fermeture pure et simple, injustifiée selon eux.

Face à cette poudreuse et les prévisions météo de chute de neige les prochains jours, ils devraient avoir le sourire. Mais nos loueurs de ski font grise mine. Tout ce blanc les afflige.

"Nous sommes en colère, pourquoi? Parce que l’on se rend compte les gens sont là, la neige est là mais on ne peut rien faire. Donc aujourd’hui, ce que l’on demande, c’est de réévaluer la question", soutient Sébastien Wuidart, gestionnaire du Ski club de Spa ASBL.

"L’année passé, on a eu un hiver vraiment catastrophique donc cela a déjà été difficile pour nous. Et puis, cet hiver, avoir enfin de la neige et ne pas pouvoir ouvrir à cause d’une décision, cela fait vraiment très mal", explique Tim Bleijenberg, responsable de piste du Val de Wanne.

"Ouvrir permettrait de mieux cadrer et gérer l’affluence"

Chaque jour de passé, c’est autant de manque à gagner. D’autant plus qu’on le sait, en Belgique, la saison de ski est assez courte. Elle varie de 3 à maximum 30 jours, les années exceptionnelles. Il faut donc faire vite. Les loueurs de ski se sont rassemblés en fédération pour attirer l’attention des politiques. Ils souhaitent que leur activité soit à nouveau autorisée par le Conseil national de sécurité.

 "C’est normal que l’affluence fait peur, comme partout, comme dans tous les domaines mais justement, en ayant des choses qui soient encadrées, cela permet de la gérer l’affluence et de ne pas se retrouver avec des situations comme on a eu dernièrement avec des gens dans tous les sens, qui se croisent, et qui sont finalement bien loin des règles de sécurité", signale Arnaud Dubois, gestionnaire piste de ski de la Baraque Fraiture.

En France, les locations et le ski de fond ou de rando sont autorisés

"On peut dire, on fait comme en France: on peut louer tout le matériel mais on garde les remonte-pentes fermés, indique Tim Bleijenberg, responsable de piste du Val de Wanne. Maintenant, ici en Belgique, on n’a que des téléskis, pas de télécabines, ni de télésièges donc dans le téléski, automatiquement, on est distance. Il y a une canne tous les 10-15-20 mètres. Dans les files, on a nos skis donc on ne va pas marcher les uns sur les autres".

Un système de drive-in pour les locations

En termes de location aussi, un système de drive-in pourrait être imaginé.

Bref, les loueurs de ski sont ouverts à de nombreux aménagements, quitte même à être accessibles uniquement pour les personnes résidant ou logeant dans les communes avoisinantes. Reste à savoir si leurs arguments seront entendus par le Conseil National de Sécurité vendredi. (Aurélie Michel)

 








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte