VEDIA

Les enfants plus transmetteurs? "Inexact, c'était basé sur notre expérience de la grippe"

× La consultation gratuite du site de Vedia est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 30 mai 2020 13:03  |   Arrondissement de Verviers


La décision de reprendre les cours pour les maternelles et les primaires a été influencée par l’appel de plus de 600 pédiatres. Dans une carte blanche, ceux-ci demandaient de prendre en compte les enfants dans le déconfinement. Ils exprimaient des craintes pour la santé mentale des enfants confinés mais aussi les risques de maltraitance, de négligence ou de trop forte consommation d’écran.

Pourquoi les enfants qu’on disait "grands transmetteurs de virus" peuvent-ils maintenant retourner à l’école?

Les dernières décisions concernant la reprise scolaire remontaient au 24 avril dernier. Depuis, la situation sanitaire a évolué positivement. De même que les connaissances sur la maladie comme l’explique Pierre Philippet, pédiatre et président du Groupement belge des pédiatres de langue française. A l’initiative notamment de cette carte blanche: "Il y a eu des éléments qui, au départ, faisaient très très peur. Maintenant, on sait que certains de ces éléments-là n’étaient pas exacts. Le fait qu’un enfant peut transmettre beaucoup plus qu’un adulte le virus était basé uniquement sur l’expérience que nous avions avec le virus de la grippe. On se rend maintenant que le covid-19, non, il ne se transmet pas de la même façon que le virus de la grippe. Eh non, l’enfant n’est pas un plus gros transmetteur. Au contraire, des études commencent à sortir pour montrer qu’il est moins transmetteur qu’un autre"

Et les règles de sécurité?

"Cela ne veut pas dire qu’on doit tout libéraliser, continue le pédiatre Pierre Philippet. Cela veut dire qu’on peut laisser les enfants à l’école, probablement ne pas avoir ces 4 mètres carrés de distance etc, pouvoir peut-être encore jouer dans la cour de récréation ensemble. Par contre, il faut quand même faire attention, par exemple, aux enseignants. Il ne faut pas que les enseignants mettent des visières, cela n’a aucun sens. Mais que les enseignants, eux, mettent un masque et quand ils sont entre eux dans la salle des professeurs qu’ils gardent un masque parce que eux, ils sont éventuellement susceptibles, en rentrant chez eux, avec les contacts qu’ils ont à la maison, de relancer la transmission du virus, ça c’est quelque chose qui est justifié. Mais vis-à-vis de l’enfant, on sait maintenant que cela n’a pas de sens"










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte