VEDIA

Peugeot 304, l'anti-star...

 13 mai 2022 13:55  |   Herve


L’histoire automobile qu’on va vous conter aujourd’hui est en fait celle d’une anti-star. L’un de ces modèles qui n’a pas retenu l’attention. Et pour cause, la Peugeot 304 a été, à juste titre, considérée comme celle qui est venue après la 204, qui, elle, avait défrayé la chronique par ses choix techniques. Devenant la première traction avant de la marque au lion…

C’est en 1969 que Peugeot décide d’offrir une grande sœur à la 204, afin d’étoffer une gamme minimaliste. Elle se nomme 304 et se définit clairement comme une évolution de la précédente. Plus moderne, mais également plus longue que la 204, elle constituera d’emblée la principale concurrente de la Renault 12, sortie au même moment. La France automobile du début de la décennie ’70 est avant tout celle des populaires, et avec ces modèles, on se retrouve clairement au cœur d’une lutte sans merci entre les principaux constructeurs hexagonaux…Par rapport à la 204, la 304 se distingue par des formes plus carrées, ou moins courbées, c’est selon. Les phares avant, de type trapézoïdaux, sont similaires à ceux de la 504, sortie un an plus tôt. Pour le reste, on se trouve face à un classique du genre, dont la principale évolution au fil des ans sera l’apparition de variantes sur le thème de la 304. Après la berline sont en effet arrivées les versions break, coupé et cabriolet, ces deux dernières étant particulièrement recherchées de nos jours.

Dans l’habitacle, rien à signaler, ou presque. On est là avec de l’archi-traditionnel pour une voiture qui a traversé la décennie ’70, et dont la cible était clairement un public le plus large possible. C’est fonctionnel à défaut d’être démentiel, mais de nos jours, cela respire le vintage de bon goût…

Sous le capot de la 304, on a d’abord trouvé un 4 cylindres 1300cc développant la modeste puissance de 65 chevaux, de quoi permettre à cette gentille lionne de pointer à 150 km/h. Par la suite, si la cylindrée n’a jamais évolué, du moins pour les versions essence, la puissance sera portée à 74,5 chevaux pour la SLS. L’offre diesel a consisté en des blocs de 1400 et 1600cc, pour une puissance inférieure à la cinquantaine de chevaux.

Sur la route, la Peugeot 304 a pour particularité d’attirer les regards… des amateurs d’anciennes. Pour le reste, elle a tendance à quelque peu passer inaperçue, ce qui a finalement été une constante au cours de ses 11 années de fabrication. Autant la 204 était considérée comme une vraie révolution technologique, autant la 304 a manqué d’arguments pour pouvoir s’offrir sa part de lumière. Dommage. Et pas vraiment mérité.

Comme le verra par la suite, les traitements anti-corrosion, peu efficaces à l’époque, ont précipité la raréfaction d’une auto pourtant produite à près de 1,2 million d’exemplaires. Résultat : la 304 a plutôt mal vieilli, en règle générale, quand bien même notre exemplaire du jour constitue une parfaite preuve du contraire. Surtout dans cette teinte très ‘seventies’… C’est seulement maintenant que les collectionneurs s’intéressent à son cas, le cas d’une auto qui n’a pas été imaginée à partir d’une feuille blanche. 

Et dénicher la perle rare n’est pas chose aisée. On en veut pour preuve qu’en traversant la France par les chemins de traverse, comme le chante Cabrel, on rencontre peu de Peugeot 304, même au cœur des campagnes. Et si par hasard on en tient une, mieux vaut être prévoyant, puis vigilant, en redoublant d’attention pour les parties les plus délicates de la carrosserie et du plancher. Les 304 arrivées jusqu’à nous sont clairement des survivantes, mais même s’il peut paraître désuet, leur charme est délicieusement raffiné et bon enfant.

Une décennie après son lancement, la Peugeot 304 a tiré se révérence. Pour faire place à une 305 symbolisant quant à elle les années ’80, avec un style plus en phase avec son époque, mais toujours très classique… (Vincent Franssen)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte