VEDIA

Pour une baisse du prix de l’eau à Limbourg

Belga
 25 juin 2019 12:03  |   Limbourg

Le prix de l’eau a été mis en question hier soir au conseil communal de Limbourg, où le conseiller de l’opposition libéral Jonathan Chanteux a proposé de le baisser. Celui-ci est actuellement de 2,53 alors que le coût vérité se situe à 2,41.. « Lorsque le conseil communal a décidé en son temps de conserver le service des eaux plutôt que de le revendre, c’est pour garantir aux Limbourgeois un prix intéressant » a plaidé l’ex-échevin des Finances.

Une proposition peu appréciée par la majorité. « Vous nous mettez au pied du mur. Si nous nous sommes pas formellement opposés à revoir le prix de l’eau, c’est une question qu’il faut étudier au préalable, on en peut pas décider sur le champ, comme ça sans passer par les services. Par exemple, le coût des travaux lors de la réfection  de la place n’a pas encore été intégré au coût vérité. Vous auriez dû au moins en parler en commission » a répliqué la bourgmestre Valérie Dejardin. Dès lors, pas étonnant que le proposition ait été rejetée par la majorité. « C’est petit, à la Raoul Hedebouw », s’est exclamé Jonathan Chanteux.

Autre escarmouche entre la nouvelle majorité et l’ex échevin des finances, qui est revenu avec une proposition déjà retoquée lors du dernier conseil communal. Constatant qu’il y avait eu récemment à Limbourg des actes de vandalisme, de vols, de dégradations, d’intrusions au détriment de sociétés culturelles et sportives, il demandait qu’on active dans chaque village des PLP (les voisins veillent), qu’on place des caméras fixes sur chaque bâtiment communal, et qu’on étudie, chiffres à l’appui, la mise en place de caméras fixes publiques, en déterminant leur nombre et leur emplacement. « Vous revenez à la suite de quatre faits qui se sont déroulés dans des endroits différents.  Or on ne peut prendre des mesures générales à chaque fois que se déroule un fait particulier. Le problème est de savoir où placer ces éventuelles caméras, ce qui risque de coûter très cher. Nous avons déjà demandé un avis de la part d’un spécialiste de la prévention et nous attendons son rapport pour septembre » a objecté la bourgmestre. Proposition donc à nouveau rejetée par la majorité, 11 voix contre six. « Ca me dépasse qu’on ne puisse être d’accord sur cette question de sécurité » a commenté Jonathan Chanteux. (L.B.)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte