VEDIA

La relève est assurée au Belgian Masters Supermoto

M.B
 12 juin 2019 20:43  |   Limbourg

D’ici quelques jours, le Belgian Masters Supermoto de Bilstain reprendra ses droits au circuit de Léon Crosset.

7 ème manche du championnat  Benecup, cette course acceuillera les meilleurs de la discipline ainsi que diverses animations durant ce week-end du 22 au 23 juin qui se voudra entièrement gratuit.

 Si dans la catégorie reine on s’attend à une victoire de Kevin Viellevoye, détenteur du titre et le quadruple champion de Belgique, la concurrence sera tout de même présente en la personne de Romain Kaivers. "Il roule beaucoup au championnat d’Allemagne et au championnat de France. Et il a une très bonne moto", explique Viellevoye qui devra garder un oeil sur son concurrent.

D’autres pilotes allemands, hollandais, anglais, autrichiens et danois seront aussi de la partie.

Du côté des autres pilotes régionaux, on retrouvera également Romain Requier en Prestiges qui vise un top 10 en superfinale.

François Corman, lui, espère pouvoir atteindre le top 5 durant ce week-end. "C’est ma première année chez les prestiges. Mais je me concentre, cette fois, sur le championnat de France. Par chance, il n’y a aucune course française organisée ce 22 et 23 juin. Je pourrais donc être de la partie. C’est un circuit qui fait rêver. Plus jeune, je suis venu voir rouler les plus grands au championnat du monde", se souvient le pilote du Moto Club du Pays de Herve.

Kevin Meyan, pilote euro-nationaux, roulera dans son jardin.  Alors que le Malmédien Cédric Schmitz, espère pouvoir monter sur le podium de sa catégorie.

Plus bas en nationaux, on retrouvera Nils Vandeberg, filleul du célèbre Tchè (Thierry Godefroid). Le Disonais espère garder sa première place du championnat lors de cette manche bilstaintoise.

La relève est assurée

Mais la grande nouveauté cette année, c’est la présence des Minimotards. Ces jeunes de 8 à 14 ans pourront s’affronter pour la première fois à Bilstain. Et parmi eux, un inscrit dont le nom n’est pas inconnu à la discipline. Harry Seel (en photo avec son papa), fils du champion du monde, Eddy Seel, fera ses premiers pas dans la discipline. "Il fera toutes les manches organisées pour les minimotards (Chimay, Libramont, BAttice et Mettet).  Je ne serais malheureusement pas souvent présent, mais dès que je le peux, je lui donnerais quelques conseils", explique le champion du monde. "Il est là pour s’amuser, et s’il prend du plaisir, ce sera le principal", ajoute Eddy Seel. Mais Harry, lui, a un objectif bien précis quand on lui demande ce qu’il souhaite faire : "Eh bien gagner", répond tout sourire, le jeune disonais de 10 ans.

 (M.B)

 








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte