VEDIA

Le dossier de l'ex-piscine de Mangombroux relancé par la nouvelle majorité ?

 04 decembre 2018 12:23  |   Verviers

L’installation d’une nouvelle majorité, sans le cdH, à Verviers pourrait-elle relancer le dossier polémique d’un projet immobilier à l’ex piscine de Mangombroux ? Le Comité des riverains s’est réuni pour faire le point concernant la décision de l’ex Echevin Benoît Pitance (cdH) de faire passer l’acte de vente du terrain de l’ex-piscine de Mangombroux. Les riverains constatent que, « contrairement aux promesses des partis (PS et CdH) lors de la campagne électorale pour les communales 2018 (« Nous sommes à l’écoute des citoyens et nous en tiendrons compte »), le Collège Communal a décidé de passer outre l’avis des citoyens. La majorité sortante a décidé de vendre le terrain à la société HENOVA alors que le permis de bâtir est frappé d’un recours au conseil d’Etat », expliquent-ils dans un communiqué.

« L’Echevin Aydin (PS) a fait voter l’acte de vente uniquement pour assumer la discipline de groupe… Or certains échevins/échevines socialistes nous avaient confirmé leur opposition à la tour. Etrange… Où est la démocratie ? » se demandent-ils encore. Le comité de quartier demande que l’on respecte l’avis de la Fonctionnaire déléguée qui, pour rappel, a rendu un avis défavorable sur ce projet. Et voudrait que le permis de bâtir sur le site de l’ex-piscine soit retiré avec effet immédiat par la nouvelle majorité PS-MR-Nouveau Verviers.

« Selon nos informations, un dernier projet aurait été déposé en juillet 2018 mais refusé par l’Echevin Pitance et la Bourgmestre Targnion…"Pourquoi cet entêtement" alors que les riverains rappellent qu’ils ne sont pas opposés à la construction d’un bâtiment respectant le gabarit du quartier et le schéma de structure », s’étonnent les riverains réunis dans le comité de quartier. Une rencontre est souhaitée avec le promoteur Henova pour discuter de ce dernier projet. Les riverains ne sont pas contre un projet immobilier mais sans tour et qui respecte leur demande confortée, disent-ils, par le refus de la Fonctionnaire déléguée.








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte