VEDIA

Un Disonais poursuivi pour tentative de meurtre

Illustration - © ZIEREIS_FLORIAN
 12 octobre 2021 15:11  |   Dison


Le 22 août dernier, cela faisait cinq jours que Michel, un toxicomane, hébergeait Christophe Jacob (46 ans) de Dison, un autre toxicomane récemment sorti de prison et de multiples fois condamné. Ce jour là, il lui signifie de prendre la porte. Selon ce dernier, qui raconte la scène à sa façon, les deux hommes sont sortis ensemble, mais le ton a monté dans la cage d’escalier. C’est alors que Michel aurait sorti un couteau, et lui le sien.. Ils ont ensuite roulé à terre, et dans la bagarre, Jacob a piqué Michel derrière l’oreille, et ne se souvient aucunement de lui avoir porté un coup dans le dos, et surtout pas d’avoir voulu le tuer. Et sa blessure dans le dos alors ? Pour lui, il s’agit d’une ancienne blessure occasionnée lors d’une précédente altercation avec un autre toxico, et qui se serait rouverte pendant la bagarre. L’ennui pour lui, c’est que la blessure est décrite comme récente et surtout que les vêtements de la victime sont troués au même endroit. Il y a aussi les déclarations d’une voisine, qui n’a pas entendu de bagarre, mais chez qui Michel a tambouriné sur sa porte en criant « Ouvre-moi, il m’a planté », ce qu’elle a fait en découvrant un homme à terre plié en deux. C’est elle d’ailleurs qui a appelé les secours.

Ce qui semble confirmer les dires de Michel lui-même, qui déclare qu’il a été sauvagement agressé dans son dos alors qu’il était en train de fermer sa porte à clef. Pour M. Lelotte, ministère public, la volonté de tuer est évidente. «  Il a d’ailleurs déclaré aux policiers que Michel était une balance, et que la prochaine fois, il ne le louperait pas. Il s’agit bien de coups volontaires portés à des endroits potentiellement létaux, et en plus, il s’en va sans appeler les secours et sans se préoccuper de sa victime. » Il réclame donc 40 mois de prison  ferme pour ce multirécidiviste.

Mais pour la défense, on ne peut pas considérer avec certitude que les coups portés visaient expressément le décès de la personne. Elle demande donc la disqualification des faits en coups et blessures.

Jugement à quinzaine. (L.B.)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte