VEDIA

Le nombre d'accidents aux passages à niveau ne diminue pas: la campagne choc d'Infrabel (vidéos)

Infrabel
 12 juin 2018 10:47  |   Arrondissement de Verviers

Le constat est malheureusement implacable, malgré les actions de sensibilisation, le nombre d’accidents aux passages à niveau ne diminue pas. En 2017, on a dénombré 51 accidents qui ont causé la mort de 9 personnes. Pour tenter d’enrayer ce phénomène, Infrabel lance une campagne choc.

Imaginez un instant un véhicule sur un passage à niveau... Quand un train, lancé à 75 km/h percute l’automobile, le choc est terrible. Les images font froid dans le dos. (voir les vidéos ci-dessous, ndlr)

Pour la toute première fois au monde, un « crash test » a été réalisé à des fins scientifiques et dans le but de se former. Il a rassemblé l’ensemble des acteurs concernés.

Les résultats sont percutants : personne n’aurait survécu à cet accident qui s’est pourtant produit à vitesse réduite. Une expérience qui rappelle à tous l’importance de respecter la signalisation aux passages à niveau.

Jusqu’à présent, aucun « crash test » entre un train et un véhicule routier n’avait jamais été réalisé à des fins scientifiques et dans le but de se former. Cette première mondiale aura permis à Vias Institute de prendre des mesures sur le véhicule pendant l’accident, aux pompiers de Mons de réaliser la désincarcération des 3 « victimes », à la Police fédérale des Chemins de Fer de former de jeunes recrues aux accidents impliquant un véhicule routier, et à Infrabel de travailler à la remise en état de l’infrastructure ferroviaire.

Un crash test réaliste mais réalisé en toute sécurité

Le véhicule est immobilisé sur le passage à niveau. Une « locomotive-bélier », sans conducteur, est poussée par une autre locomotive. Celle-ci freine, laissant le bélier heurter le véhicule immobilisé sur le passage à niveau à une vitesse de 75km/h. Pour freiner la « locomotive-bélier », pas moins de 9 dispositifs de sécurité différents ont été prévus, testés chacun 5 fois avec succès. Le premier dispositif a rempli son office, et le train s’est arrêté en toute sécurité, 150 mètres après la collision.

 








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte