VEDIA

Un bio monitoring pour les Olnois demandé par la commune

photo Belga
 08 fevrier 2022 13:06  |   Olne


La présence de métaux lourds dans les sols de notre région menace la survie de nombreux maraîchers. Parmi eux, « La ferme dans l’assiette «  à Olne qui, il y a quelques jours, annonçait qu’elle devrait certainement mettre fin à ses activités suite à la diminution des normes cadmium. Au même tire que le nickel, le chrome, le cuivre ou le plomb, le cadmium est repris sur la liste des métaux lourds qui pourraient avoir un effet néfaste sur notre organisme.  Ces métaux se retrouvent en effet notamment dans notre alimentation.

Après le cri d’alarme lancé par les maraîchers de la Ferme dans l’assiette, un collectif de 450 personnes, dont 200 Olnois, s’inquiète aujourd’hui de la sauvegarde de nos terres agricoles et de la sécurité alimentaire. Ils réclament une solution claire et une vision globale de défense de l’agriculture familiale, des produits locaux et des circuits courts. C’est en ce sens que Françoise Tecqmenne, qui représente un collectif de citoyens olnois, a interpellé le conseil communal d’Olne hier soir.

« Vivre à Olne n’est pas dangereux ! »

Après avoir rappelé que la présence de métaux lourds comme le plomb ou le cadmium dans la commune était due au passé industriel dans le bassin de la Meuse et de la Vesdre durant près de 200 ans, Françoise Hallet a expliqué ne pas être inquiète par rapport à cette situation historique. « Vivre à Olne ne nous semble pas dangereux et nous souhaitons pouvoir continuer à consommer les produits issus de la terre de notre belle commune. Nous souhaitons garder le lien social développé grâce aux différents projets de circuits courts. Pour les professionnels, en cas de dépassement des normes européennes, l’AFSCA exige une destruction directe des cultures. Cette situation rend impossible la viabilité des producteurs locaux ce qui est inadmissible. Les normes européennes, appliquées à la lettre, condamneraient purement et simplement les cultures (maraîchères et autres) dans les régions liégeoise et verviétoise ».

Une vingtaine de maraîchers impactés dans l’arrondissement ?

Après avoir rencontré les deux exploitants de la Ferme dans l’assiette, le Bourgmestre d’Olne Cédric Halin a écrit à la ministre de l’Environnement Céline Tellier pour lui faire part de ses préoccupations concernant notamment les éventuels risques liés à la pollution en cadmium des terrains situés dans la vallée de la Vesdre. « J’ai également sollicité auprès d’elle la réalisation d’un bio monitoring auprès de la population. Certains citoyens sont déjà prêts à ce que des prélèvements soient effectués chez eux de manière à connaître le taux de métaux dans leur corps. Comme cela a déjà été fait à Bressoux où une concentration anormalement élevée de métaux lourds dans le corps des usagers des potagers du Coin de terre a été confirmée ».

Le Collège communal d’Olne a également sollicité la Conférence des Bourgmestres de l’Arrondissement de Verviers dans la mesure où la problématique dépasse les frontières de la commune. « Une vingtaine de maraîchers seraient concernés par ce type de pollution »explique Cédric Halin. Les parlementaires vont à présent interroger les ministres compétents à tous les échelons de pouvoir.

De son côté, le Ministre wallon de l’agriculture, Willy Borsus, a déjà annoncé qu’il n’envisageait pas d’assouplir les nouvelles normes européennes imposées aux maraichers en matière de présence de métaux lourds.

S’opposer à l’Afsca ?

Si des agriculteurs locaux ont reçu un avis défavorable de l’Afsca, le Bourgmestre a expliqué qu’il ne pouvait pas s’y opposer. Il a indiqué qu’une étude scientifique interuniversitaire commanditée par la SPAQuE étudiait les sols wallons soumis à l’influence généralisée des activités humaines en zones urbaine et industrielle. « Dans le chef des jardiniers amateurs, et malgré la présence de cadmium et de plomb, les experts toxicologiques ont conclu qu’il n’y avait pas de risque pour la santé »,a indiqué le Bourgmestre.

L’analyse des terres demandée par la citoyenne lors de son interpellation a par ailleurs été jugée inutile par le Bourgmestre. « Ces analyses ne sont pas déterminantes par rapport à la problématique du cadmium dans la nourriture ou dans la végétation », explique le Bourgmestre.

Des analyses de terres subsidiées

Les analyses de terre peuvent être demandées à la Région wallonne via l’outil Sanisol qui a été développé pour permettre aux usagers de ces potagers d’évaluer et de réduire les risques éventuels pour leur santé. Ces analyses pourraient être subsidiées par la Région a déjà fait savoir la Ministre Tellier. La Province de Liège, elle, dispose également d’un laboratoire qui permet d’évaluer la fertilité des terres et de détecter d’éventuelles pollutions de sols.« En conférence des Bourgmestres, nous avons sollicité l’autorité provinciale pour que ces analyses soient temporairement gratuites. Tant pour les maraîchers amateurs que pour les maraîchers professionnels »,précise Cédric Halin.

Ecolo pas satisfait de la réponse du Collège

Dans l’opposition, Ecolo soutient l’initiative du collectif qui s’est mis en place et rappelle qu’en tant que commune du commerce équitable, Olne s’est engagée à soutenir les producteurs locaux. «  Ces citoyens demandent que ce soutien s’exprime concrètement par la commande d’analyses des terres, par une information claire sur les risques réels (L’espérance de vie à Olne est quand même supérieure à la moyenne !), voire par l’approbation d’actes de désobéissance civile », explique le chef de groupe Ecolo Dorian Kempeneers qui a demandé l’inscription d’urgence d’une ligne budgétaire permettant le soutien aux agriculteurs locaux victimes de cette pollution et l’analyse des roches des carrières de pierre situées sur le territoire communal.

Ecolo a dénoncé par ailleurs l’attitude de l’AFSCA, qui accepte les néonicotinoïdes malgré l’interdiction européenne, mais refuse toute souplesse au niveau des métaux lourds. Et de regretter la réponse du Collège communal qu’il estime incomplète. « Le Collège accepte de relayer les préoccupations à d’autres niveaux de pouvoir, mais peine à prendre ses responsabilités auprès des principaux concernés » estiment les Verts. (Manu Yvens)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte