VEDIA

Deux conseillers disonais du PP démissionnent « à cause de ses méthodes mafieuses »

 18 juin 2019 11:51  |   Dison

C’est la débandade au Parti populaire de Dison. En effet, hier soir, deux conseillers de ce parti qui avait placé trois élus aux élections du 14 octobre dernier, ont signifié leur démission non pas du conseil, mais de leur parti, et leur intention de siéger en tant qu’indépendant. Si le premier, Laurent Lorquet, n’a guère justifié les raisons de cette démission, le deuxième, par ailleurs chef de groupe, Eric Van Renterghem a longuement expliqué les raisons de son divorce avec le parti. « Lorsque je me suis lié à l’époque au Parti populaire, c’est parce que ce parti me paraissait un choix de rupture intéressant. Mais, lors de la dernière campagne électorale, j’ai constaté des luttes intestines et même des méthodes que je qualifierais de mafieuses. J’ai moi-même été victime, alors que je collais des affiches, d’une agression à la hache d’un homme masqué qui s’est avéré par la suite être un membre du parti ! Cet évènement et d’autres m’ont ouvert les yeux sur des méthodes peu scrupuleuses que je ne partage pas. Il m’est difficile aujourd’hui de voir à quel point je me suis trompé, et je voudrais inviter nos concitoyens à être prudents. »

Si l’on ajoute à ces deux départs du P.P. celui de la 3ème conseillère élue il y a six mois J. Lecrenier, celle-là du conseil, voici le PP. réduit à officiellement une seule représentante, Adeline Dupont, 2ème suppléante de la liste, qui a prêté serment hier soir. Mais pour combien de temps encore ?

Puis d’emblée, M. Van Renterghem a contesté la procédure d’engagement d’une personne, qui n’est autre que la compagne d’un échevin, par la Régie communale autonome (RCA) qui s’est fait sans appel public et donc qu’il estime irrégulière. Le président de la RCA Yvan Ylieff lui a rétorqué que la RCA avait ses règles propres et que l’engagement de cette personne avait été voté à l’unanimité, donc par... M. Van Renterghem !

Pour ce qui est des résultats financiers pour 2018, le compte est bon ! Tellement bon d’ailleurs qu’il a été voté à l’unanimité. Il laisse un boni d’un peu plus d’un million d’euros et de 3,4 millions avec les exercices antérieurs cumulés. Ce qui fait dire à M. Van Renterghem qu’on pourrait peut-être en profiter pour diminuer quelques taxes. La bourgmestre Véronique Bonni lui a répondu qu’on allait travailler sur les taxes dès septembre. Sans dévoiler bien sûr dans quel sens. (L.B)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte