VEDIA

L'ancien pilote Verviétois Georges Hacquin est décédé

 09 avril 2020 14:52  |   Verviers


L’ancien pilote Georges Hacquin est décédé mercredi matin dans sa maison de repos de La Hulpe, à l’âge respectable de 96 ans. Grand sportif, dans sa jeunesse, il avait pratiqué le football et la course cycliste. C’est dans le cadre du Rallye surprise de Forest 1952 qu’il débute sa carrière de rallyman, épreuve qu’il remporte au volant de sa VW de 1949. La même année, il participe au Tour de Belgique, avec cette même Volkswagen qui lui sert pendant la semaine à transporter son matériel de laveur de vitres (sa société Vitreclair remportera un fameux contrat lors de l’Expo ’58, allant jusqu’à laver le tiers des vitres de tous les pavillons !).

A partir de 1954, Georges participe aux rallyes les plus prestigieuses, comme le rallye Monte-Carlo, les Routes du Nord, le redoutable Liège-Rome-Liège etc. Rapidement, ce pilote amateur est remarqué par les dirigeants de Simca Belgique qui lui confient une Aronde. Georges s’engage aussi en course de côte et en circuit, notamment dans le cadre du Grand-Prix des Voitures de Série, disputé en mai à Francorchamps et véritable tremplin pour les jeunes pilotes (à cette époque, il n’y a pas de formule de promotion).

Au début 1956, Hacquin intègre l’enviable Equipe Nationale Belge. Cette promotion lui permet de prendre part aux 12 Heures de Reims au volant du spyder Porsche 550, qui sert de ‘Piper Cub’ aux nouveaux venus de l’ENB. Il fait équipe avec son ami George Harris et le duo se classe 4ème de catégorie.

L’année suivante, il participe aux 24 Heures du Mans aux côtés de Claude Dubois sur la Porsche 550 de l’ENB. Alors qu’il a pris le relais depuis quelques tours, un malheureux contacteur d’huile se brise, et cette avarie contraint le pilote à pousser sa machine jusqu’à son stand, où un mécanicien arrache le plomb du carter d’huile. Cette bévue est remarquée par un officiel de l’ACO, qui met la voiture hors-course pour ‘ravitaillement anticipé’. Sa troisième et dernière participation pour le compte de l’ENB se déroule au Grand-Prix de Suède 1957, dernière manche du Championnat du Monde des voitures de sport, où il se classe 17ème aux côtés d’Yves Tassin sur la Porsche 550 ENB. En 1957, il remporte aussi sa classe au Grand-Prix des Frontières à Chimay au volant d’une Saab.

Georges Hacquin est un habitué des victoires en course de côte, mais il signe aussi des victoires en rallye, notamment au Rallye de Sestrières 1958 (3ème de classe aux côtés de George Harris) et au Liège-Rome-Liège (victoire de catégorie avec Harris toujours). Victoire encore dans le cadre du Tour de France 1959 (catégorie 1300 avec une Alfa-Romeo Sprint Veloce qu’il partage avec Vandevelde). En circuit, il gagne deux années de suite les Coupes de Bruxelles tourisme (1961 et 1962) avec son Alfa-Romeo Giulietta TI. En 1962, Georges intègre l’équipe d’usine Citroën et termine 23ème du rallye Monte-Carlo avec Lucien Bianchi (Citroën DS).

La saison 1964 est marquée par une 3ème place au classement général assortie d’une victoire de classe (Alfa-Romeo TI Super) aux Coupes de Spa. Il termine à une magnifique 6ème place les 24 Heures de Francorchamps avec Henri Quernette sur Volvo Amazon.

Georges arrête le circuit en 1969 en terminant 23ème des 24 Heures de Francorchamps avec Van Ryn sur une Alfa-Romeo Super. Il se consacre ensuite aux rallyes tout-terrain sur Renault Muschang. En 1973, il met un terme à sa carrière après les Boucles de Spa qu’il dispute sur une R12 Gordini avec Paulo Rousselle.

Mais le démon de la course le reprend en 1980. Il découvre les joies du rallye-raid, en s’engageant au Rallye de Tunisie. Cette expérience le séduit, et s’en suivront sept participations au Paris-Dakar.

Le ‘Brusselleir’, comme le qualifiaient souvent ses copains, restera un grand enthousiaste du sport automobile jusqu’à la fin de ses jours. Ses nombreuses participations aux rallyes Nationale 7 en témoignent. Membre de la première heure de la prestigieuse Ecurie Toison d’Or, qui comptait dans ses rangs tout le gratin des pilotes de course des années ’50 (Paul Frère, Olivier Gendebien, Lucien Bianchi, Georges Harris, etc.), il a eu à cœur de perpétuer l’image du club, en créant avec son ami Willy Braillard les ‘Anciens de la Toison d’Or’. Georges Hacquin était surtout un charmant garçon, fidèle en amitié et doté d’une extrême gentillesse. Il laisse un grand vide dans le paysage automobile belge. Nous présentons à son petit fils Gery ainsi qu’à sa famille nos plus sincères condoléances. (www.speedactiontv.be - Christophe A. Gaascht)

Découvrez ici le reportage que nous lui avions consacré en juin 2013. 










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte